L1 (J4) : Les micros d'or de la soirée de samedi

le
0
L1 (J4) : Les micros d'or de la soirée de samedi
L1 (J4) : Les micros d'or de la soirée de samedi

La satisfaction de François Ciccolini, l’amertume de Sylvain Ripoll, et la réflexion gagnante de Pablo Correa. Retrouvez les meilleures déclarations des acteurs de la Ligue 1 après les premiers matchs de la quatrième journée du championnat de France.

Le plus réaliste : Frédéric Antonetti (entraîneur de Lille)

Balayé à domicile par Monaco (1-4), le LOSC peine à trouver la bonne carburation dans ce début de championnat. Dans la foulée de la rencontre, Frédéric Antonetti a avoué s’être trompé lors de ses choix tactiques :  Je pense que face à une grosse cylindrée comme Monaco, il faut un bon collectif. Ce soir, on n’a pas eu de collectif. Nos principes de jeu ne sont pas en place, je pense être responsable. J’ai choisi un 4-2-3-1 inadapté au collectif monégasque. Ce soir (samedi), on voulait se mesurer face à un gros du championnat, et on a vu la différence frappante qu’il y avait sur terrain. Il y a énormément de travail en perspective.

Le plus sonné : Bruno Genesio (entraîneur de Lyon)

Alors que Lyon avait ouvert le score dès la 2eme minute de jeu, les joueurs de Jean-Michel Aulas ont petit à petit sombré. La faute à un Bordeaux solide défensivement et opportuniste. Bruno Génésio est revenu sur le scénario du match, qui s’est révélé être impitoyable pour ses joueurs : Le contexte est cauchemardesque. C’est la deuxième défaite en quinze jours et ça fait beaucoup. On perd notre premier match au Parc OL, on perd Maxime Gonalons sur une exclusion et Alexandre Lacazette qui s’est blessé. J’ai été surpris car j’ai trouvé que nous avions baissé très vite physiquement, mais il ne faut pas mettre la faute sur le physique, c’est une excuse bidon. Les Girondins nous ont mis en difficulté.  

Le plus satisfait : François Ciccolini (entraîneur de Bastia)

Malgré une pelouse catastrophique, soulignée par les deux entraîneurs, Bastia est venu difficilement à bout de Toulouse (2-1). C’est la nouvelle recrue Pierre Bengtsson qui a débloqué la situation sur un coup-franc splendide. François Ciccolini a d’ailleurs délivré une anecdote sur son arrière gauche : Hier (vendredi), il est resté tout seul après l’entraînement pour travailler les coup-francs. Il en a tapé pendant 25 minutes. Et il les met au fond. C’est très bien car la pelouse ne nous a pas permis de jouer correctement ce soir.  

Le plus dépité : Sylvain Ripoll (entraîneur de Lorient)

Une nouvelle fois battu par Nancy (0-2), Lorient ne sort pas de sa spirale négative. Avec aucun point pris en quatre rencontres, les Merlus sont lanterne rouge du championnat. Sylvain Ripoll a dressé un constat d’échec et a livré son sentiment suite à cette nouvelle défaite : On a trop fait les choses à une intensité pas suffisante. C’est le pire début de saison qu’on pouvait faire. Il faut relever le niveau dans tous les secteurs de jeu, car on va droit dans le mur. Il y a du chemin à faire si on veut être compétitif en Ligue 1. Mais on ne renoncera pas, le renoncement c’est ce qu’il faut éviter. Mais il faut reconnaître qu’on est inquiets. Tout de façon, si on n’est pas inquiets dans notre situation, c’est qu’on est soit inconscients, soit de mauvaise foi.  

Le plus concentré sur l’avenir : Frédéric Hantz (entraîneur de Montpellier)

Alors que son équipe a accroché Guingamp, leader du championnat au coup d’envoi, Frédéric Hantz a tenu à souligner l’état d’esprit des siens en se projetant déjà dans l’avenir, avec les très bonnes choses qu’il voit depuis le début de saison : Le résultat de ce soir fait plaisir par rapport à la dynamique de Guingamp. Je pense que sur le match, les deux équipes peuvent être frustrées de ne pas l’emporter parce que chacun a eu des occasions pour cela. On a ouvert le score pour la 4eme fois consécutive et on n’a pas pris de but en deuxième mi-temps, ça c’est bien. Je trouve qu’on avance dans notre constance des 90 minutes. On est encore une équipe de début de saison, qui va monter en puissance.  

Le plus stratégique : Pablo Correa (entraîneur de Nancy)

Premier succès en Ligue 1 pour l’AS Nancy-Lorraine de Pablo Correa. Le technicien lorrain est revenu sur la rencontre parfaitement maîtrisée par ses joueurs, qui ont enfin débloqué le compteur points. Après trois défaites sans marquer le moindre but, Nancy a trouvé des solutions pour casser cette spirale négative, et Pablo Correa a révélé qu’un changement de tactique s’était imposé : On était venu pour gagner, et on a gagné sur les deux périodes. On avait décidé de laisser le ballon à l’adversaire, car sur les derniers matchs, on a été piégé à chaque fois. On ne voulait pas se faire aspirer par Lorient, qui a des attaquants qui vont vite. La trêve internationale a fait énormément de bien à la tête. Je voulais que mon équipe se rassure. J’ai bien aimé la consistance de ce match.  

Le plus logique : Olivier Dall’Oglio (entraîneur de Dijon)

Battu par Angers ce samedi soir (3-1), les Dijonnais n’ont pas réussi à confirmer leur excellente prestation délivrée contre Lyon il y a 15 jours. La faute à des Angevins, trop solides tactiquement et physiquement. C’est ce qu’a confié Olivier Dall’Oglio après la rencontre : Ça a été dur, dans le côté technique mais surtout physique. On s’est fait bouger. On a eu beaucoup de mal face à leur puissance. Ils nous ont usés, on n’a pas sur répondre collectivement. Le score est logique. Il va falloir apprendre rapidement. Tout ce qu’on avait prévu de faire est tombé à l’eau. On savait que la saison serait délicate et difficile, mais je pensais sincèrement qu’on pouvait faire autre chose en seconde période.

Le plus honnête : Michaël Ciani (défenseur de Lorient)

Première malheureuse pour Ciani. Après des passages en Italie, au Portugal et en Espagne, l’ancien défenseur central de Bordeaux et... de Lorient retrouvait les terrains de Ligue 1 ce samedi soir. Et pour sa première apparition avec les Merlus, tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Le Breton a d’ailleurs avoué les faiblesses de son équipe : On n’est pas réaliste, c’est très bien de garder la balle, mais bon il n’y a de finition. Derrière, on veut faire du jeu, et on prend deux contre-attaques. La situation est difficile, je suis venu pour apporter ce que je sais faire et aujourd’hui, ça n’a pas suffit. On va travailler pour inverser la situation très rapidement. Sources : Réseaux sociaux des clubs / L’Equipe  / AFP
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant