L1 (J3) : Les micros d'or de la soirée de samedi

le
0
L1 (J3) : Les micros d'or de la soirée de samedi
L1 (J3) : Les micros d'or de la soirée de samedi

La sortie détonante de Bruno Genesio, le terrible constat de Stéphane Moulin et la comparaison imagée choisie par Christian Gourcuff. Retrouvez les meilleures déclarations des acteurs de la Ligue 1 après les premiers matchs de la troisième journée du championnat de France.

Le plus rassuré : Patrice Garande (entraîneur de Caen)

Victorieux de Bastia (2-0), le Stade Malherbe Caen confirme son bon début de saison. Avec deux victoires sur les trois premiers matchs, les Normands ont confirmé leur solidité à domicile et ont rassuré leur entraîneur Patrice Garande. « Tous les joueurs ont fait un bon match, on a retrouvé un équilibre défensif, ça rassure tout le monde. Louper un penalty avant la mi-temps, ce n’est jamais facile à gérer. »

Le plus politique : Christian Gourcuff (entraîneur de Rennes)

Auteur d’un bon nul à Montpellier (1-1), Rennes peut regretter d’avoir raté en partie sa première mi-temps ce samedi soir. Imprécis tactiquement, les Rennais ont encore une nouvelle fois craqué sur coup de pied arrêté. Le rythme proposé en première période par les Rouge et Noir a été souligné par l’entraîneur breton. « Sur la deuxième mi-temps, on a des regrets. C’est un match à réaction, il faut revoir l’état d’esprit. On a abordé la rencontre sur un rythme de sénateurs, il faut que cela change. »

Le plus « en vacances » : Bruno Genesio (entraîneur de Lyon)

Lourdement battu chez le promu Dijon (4-2), l’Olympique Lyonnais a signé la contre-performance du week-end. Absents défensivement, les défenseurs rhodaniens n’ont jamais su gérer les attaques dijonnaises et auraient même pu être réduits à 10 sur une grosse faute de Nicolas N’Koulou après 20 minutes de jeu. Bruno Genesio a préféré relativiser sur un ton assez dépité. « Il y a une équipe qui était venue pour gagner et l’autre pour faire du tourisme notamment en seconde période. Face à Dijon, on a bafoué les fondamentaux du football et nous sommes logiquement battus. On a manqué d’implication défensive et de concentration. »

Le plus déçu (mais pas par le match) : François Ciccolini (entraîneur de Bastia)

Défait à Caen (2-0), Bastia ne confirme pas son très beau succès obtenu à Lorient la semaine passée (3-0). Faible dans le jeu et en manque d’occasion, les Bastiais ont tenu une mi-temps avant de céder face aux offensives normandes. Mais pour François Ciccolini, il n’y a qu’un point négatif à retenir de cette rencontre... et ce n’est pas le résultat. « Le seul point négatif, c’est la blessure de Djiku, on va le perdre pour un bon moment je pense. »

Le plus objectif : Philippe Hinschberger (entraîneur de Metz) 

Vainqueur d’Angers (2-0), Metz poursuit son sans-faute à domicile. Avec deux victoires en deux réceptions à Saint-Symphorien, les Lorrains confirment leur bon début de saison. Malgré ça, l’entraîneur Philippe Hinschberger reconnaît que son équipe n’aurait pas du s’en sortir avec les trois points ce samedi soir. « La défaite d’Angers est sévère car on a été très réaliste. On n’a pas fait un grand match, il faut être lucide. On devra être meilleur à l’avenir. On a vu une équipe de Metz maladroite, malhabile mais courageuse. »

Le plus philosophe et mathématicien à la fois : Pablo Correa (entraîneur de Nancy)

Troisième défaite en autant de matchs pour le promu nancéien. Ce samedi soir, les hommes de Pablo Correa se sont inclinés à Marcel-Picot contre de solides Guingampais qui ont pris par la même occasion les commandes du championnat. Pire encore, Nancy n’a marqué aucun but lors de ces trois journées. Pablo Correa a tenté d’expliquer le pourquoi du comment. « Le football, c’est une question d’agressivité et d’efficacité. Or aujourd’hui (samedi), on n’a pas le niveau pour prétendre à une victoire. Je suis un type d’entraîneur qui ne voit rien de positif dans une défaite. Les stats viennent de tomber : on a tiré 19 fois pour 4 tirs cadrés. Le football se joue la. En face, l’équipe a tiré 14 fois et a cadré 6 fois. A partir de là, tout ce que vous pouvez montrer de bon ne se voit pas. »

Le plus fataliste : Stéphane Moulin (entraîneur d’Angers)

Même situation pour Angers que celle vécue par Nancy. Aucun succès en trois matchs et aucun but marqué par le SCO. Mais offensivement, les Noir et Blanc ne sont (une nouvelle fois) pas récompensés de leurs multiples efforts. Après avoir dominé Nice la semaine passée et s’être incliné (0-1), Angers a de nouveau cette mésaventure contre Metz ce samedi soir (0-2). Stéphane Moulin est revenu sur le contenu de la rencontre. « Metz n’a pas volé sa victoire mais c’est un véritable hold-up. Même avec un match nul, on aurait été déçu, alors perdre... On a concédé peu d’occasions et on en a eu une tonne en notre faveur. Je crois qu’on a eu un temps fort de 90 minutes dans le match. Même en Ligue 2, on n’a jamais dominé un match comme ça. Ca leur à souri, et j’espère que ce sera bientôt notre tour. »

Le plus excédé : Frédéric Hantz (entraîneur de Montpellier)

Accroché à domicile contre Rennes (1-1), Montpellier n’a pas su tenir l’avantage obtenu en première mi-temps. Les Héraultais ont cédé au retour des vestiaires face à des Rouge et Noir revenus en bien meilleure forme. Frédéric Hantz a tenu à souligner les imprécisions techniques qu’il a vu ce samedi soir, un brin en colère. « Je suis persuadé que l’on avance. On fait une très bonne première période sur le plan  collectif. Mais nous avons eu du déchet technique à la limite du supportable. Tout le monde doit faire preuve de plus de concentration. Nous devons progresser sur le plan technique pour être plus efficace sur le plan offensif. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant