L1 (J24) : L'ASM a tremblé ? Joueurs et coach s'en félicitent

le , mis à jour à 10:33
0
L1 (J24) : L'ASM a tremblé ? Joueurs et coach s'en félicitent
L1 (J24) : L'ASM a tremblé ? Joueurs et coach s'en félicitent

La joie de Danijel Subasic au coup de sifflet finale et les poings serrés de Leonard Jardim sur son banc de touche pouvaient faire douter le spectateur tête en l’air.

La joie de Danijel Subasic au coup de sifflet finale et les poings serrés de Leonard Jardim sur son banc de touche pouvaient faire douter le spectateur tête en l’air. Non, Monaco ne venait pas de se qualifier pour la suite de la C1. Ni même donner la leçon à un adversaire direct pour le podium. Le club de la Principauté était juste sorti vainqueur de son duel face à Montpellier (2-1), 13e de la Ligue 1. Arrachée dans la douleur, cette 17e victoire en championnat conservera une saveur particulière pour les Monégasques. Plus habitués aux matchs à sens unique qu’aux combats acharnés dans les derniers instants, ils se réjouissaient d’avoir su trouver les ressources mentales et physiques pour prendre les trois points.

« C’est important pour une équipe d’avoir cette mentalité »

« J’ai félicité les joueurs, c’est une bonne chose de garder un avantage avec la rage, expliquait ainsi Leonardo Jardim devant les micros à la fin de la rencontre. Au foot, tu ne gagnes jamais tous les matchs, il y en a soixante dans une saison, là c’était le moment de défendre son avantage, de montrer cette attitude. C’est important pour une équipe d’avoir cette mentalité, beaucoup de matchs se perdent dans les dix dernières minutes. » A défaut de perdre ce duel avec Montpellier, Monaco a bien failli égarer deux points. Mais la barre n’avait pas sauvé le gardien de l’ASM dans les ultimes instants de la rencontre. Et comme la lutte avec le PSG et Nice s’annonce serrée jusqu’à la fin de la saison, ce nul aurait pu valoir très cher au moment de faire les comptes au mois de mai.

« Ça fait du bien de gagner dans la douleur »

C’est aussi dans ce genre de match et face à cette adversité que se gagnent les titres. Cette victoire dit beaucoup de ce Monaco cru 2016-2017. Elle en dévoile au moins autant sur lui que ses cartons réalisés face à Nice (3-0), Lorient (4-0) ou Marseille (1-4). Valère Germain le soulignait à sa façon, l’attitude montrée par Monaco, acharnée et combative, lui a plu. « C’est vrai qu’en fin de match, on n’était pas très sereins sur le banc, explique-t-il dans des propos rapportés par L’Equipe. Ils auraient pu égaliser mais on a bien tenu. Ça fait du bien aussi de gagner dans la douleur, ça veut dire que mentalement, on est présents et qu’il faudra compter avec nous. »

La fatigue commence à peser à Monaco

Solide dans la tête, Monaco a aussi réussi à tenir physiquement même si certains joueurs sont allés au bout. Djibril Sidibé, sorti sur blessure en cours de match comme Valère Germain, a rappelé à quel point lui et ses coéquipiers avaient dû piocher dans leur réserve. « On est obligé de passer par des moments comme ça. On avait mis beaucoup d’intensité dans le match de Nice et certains ont joué 120 minutes à Chambly. On était tellement fatigués qu’on a eu du mal à faire le cri de guerre. » Malgré la fatigue et leur nette baisse de rythme, les joueurs de la Principauté ont rempli leur contrat. Un succès d’autant plus précieux que le PSG a arraché la victoire dans les derniers instants face à Lille (2-1). Les deux clubs se rendent coup pour coup. Mais Monaco conserve son avantage et il a montré qu'il avait les moyens de continuer à le faire.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant