L1 - Dijon : Un penalty qui ne passe pas

le
0
L1 - Dijon : Un penalty qui ne passe pas
L1 - Dijon : Un penalty qui ne passe pas

Les Dijonnais ont clamé leur mécontentement dimanche après avoir perdu deux points dans le temps additionnel à Saint-Etienne sur un penalty généreux (1-1). Ils s’en sont ouvertement pris à l’arbitre, dont ils n’ont pas compris la décision et pointent l’incohérence.

« On est énervés, je préfère ne rien dire de plus. » Quand beIN Sports lui a tendu un micro dans la foulée du coup de sifflet final, Baptiste Reynet n’a pas souhaité trop parler à chaud. Mais son entraîneur et son capitaine se sont montrés bien plus diserts après le nul de Dijon à Saint-Etienne (1-1). Un bon point de pris pour les Bourguignons à la stricte lecture du résultat. Sauf qu’ils ont mené au score jusqu’à la 95eme minute et un penalty généreux accordé à l’ASSE, transformé par Nolan Roux. D’où la rage du DFCO dans les couloirs de Geoffroy-Guichard, où l’ambiance était électrique. « Perdre un match comme ça à la dernière seconde, il y a de quoi avoir les boules », a souligné Cédric Varrault, expulsé pour avoir protesté avec trop de véhémence auprès de Karim Abed, qui officie pour sa première saison en L1. Le capitaine dijonnais a même dû être retenu sur le chemin des vestiaires par des membres de son staff, au moment où la cocotte-minute qu’était devenu ce match était prête à exploser.

Dall’Oglio : « Il m’a expliqué que s’il s’était trompé, il s’en excusait »

Dans un style bien plus posé, Olivier Dall’Oglio a lui aussi exprimé son mécontentement quant à ce retournement de situation de dernière minute. « Je suis en colère, remonté, surtout déçu pour mes joueurs. C’est le football, c’est un peu tragique pour nous. On pouvait tenir jusqu’au bout, mais une décision arbitrale fait basculer le match. Que voulez-vous que je vous dise ? » Sur l’action en question, Quentin Bernard bouscule légèrement Loïc Perrin dans le dos. « Il me touche, relate le capitaine stéphanois. J’ai la sensation de prendre l’avantage sur lui, et il me déséquilibre juste ce qu’il faut pour me gêner dans la conduite du ballon. » Personne ne nie le contact, les Dijonnais s’étonnent juste que celui-ci ait été sanctionné au contraire d’autres. « L’arbitre a décidé qu’il y aurait match nul, a regretté le coach bourguignon en conférence de presse. Il m’a expliqué que s’il s’était trompé, il s’en excusait. Pour moi, il s’est trompé. Là où je ne suis pas d’accord, c’est sur la cohérence de l’arbitrage. Il est parti sur une idée de laisser jouer, c’était très limite, il y avait de nombreuses fautes non sifflées des deux côtés. Là il n’y a pas un attentat, pas un déséquilibre énorme, il y en eu des pires qui n’ont pas été sifflés au milieu de terrain. Alors pourquoi on décide de le siffler à la 95eme parce que c’est dans la surface ? »

Dall’Oglio : « Je préfère prendre une frappe de 25 mètres dans la lunette »

Une question que se pose aussi Varrault et que partageaient visiblement les Stéphanois sur le terrain. « Personne ne réclame rien, personne ne râle. Il prend la décision tout seul de siffler un penalty. Peut-être qu’il passera à Vidéo Gag. » « Je préfère prendre une frappe de 25 mètres dans la lunette, au moins c’est clair, il n’y a pas de problème, a soufflé Dall’Oglio. Là ce n’est pas clair du tout. Sur une action litigieuse comme ça, ça fait vraiment mal. » Seul Christophe Galtier voit les choses autrement. « Petite ou grosse faute dans la surface, il y a penalty, a-t-il lâché avec froideur. Je n'ai aucun d'état d'âme par rapport à cela. Loïc est déséquilibré, il ne peut pas finir son geste. Si l'arbitre a pris du temps, c'est qu'il a dû consulter son assistant. Pour un jeune arbitre comme lui, débuter à Geoffroy-Guichard n'est pas simple. » « Dépassé » (dixit Varrault), Karim Abed l’a trop souvent été. Parce qu’avant de siffler ce penalty douteux, il en avait oublié des plus évidents pour une faute de Vincent Pajot sur Mehdi Abeid ou une main de Quentin Bernard sur un centre de Kévin Malcuit. A lui seul, il a fait dégénérer un match qui ne devait pas se dérouler dans une telle tension.

Varrault : « Ceux qui sont punis, ce sont toujours les joueurs »

Varrault espère désormais que cela ne restera pas sans conséquence et que l’arbitre sera lui aussi sanctionné. « Je ne pourrai pas jouer le prochain match. Mais l’arbitre pourra-t-il arbitrer le prochain match ? C’est ça la bonne question qu’il faut se poser. Ceux qui sont punis, ce sont toujours les joueurs. C’est bien beau de parler de spectacle, des pelouses, des joueurs qui doivent être respectueux. Mais il y a des décisions prises qui influencent les matchs. Si je peux être convoqué à Paris, je dirais devant les hautes instances ce qu’on pense, nous les joueurs. » Soucieux de ne pas tout jeter à la poubelle, Dall’Oglio ne veut pas oublier que le DFCO ramène son premier point en déplacement de la saison et a frôlé un gros coup. « Il y a de la dépense d’énergie, du travail. On a besoin de points aussi et on faisait quelque chose d’intéressant. Ce n’est pas facile de venir gagner ici, on était proches de faire un exploit. Mes joueurs sont abattus, je le suis avec eux, mais je suis fier d’eux. » Même si cette fierté ne rapporte rien au classement. A voir aussi : >>> L'actualité de la L1 >>> L'actualité du DFCO
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant