L1 - Caen : Le navire Malherbe continue de dériver

le
0
L1 - Caen : Le navire Malherbe continue de dériver
L1 - Caen : Le navire Malherbe continue de dériver

Après sa défaite à Nancy (0-2), Caen pointe à une inquiétante 18eme place en L1. Les Normands, qui viennent de concéder leur troisième revers de suite en championnat, prennent l’eau de toute part.

Figé sur son banc, le regard perdu dans le vide, Patrice Garande a encaissé les buts de Nancy comme des uppercuts en plein menton. Il faut dire que Caen a tout fait pour se compliquer la vie. Face aux Lorrains, avant-derniers de L1 et pire attaque du championnat, les Normands ont réussi à encaisser deux buts dans le premier quart d’heure. Si la défense caennaise est catastrophique, l’attaque est, elle aussi, en berne. Le Stade Malherbe est dans l’urgence.

Un début de match plombé par la défense

Forcément, quand on encaisse deux buts en si peu de temps, le samedi soir prend vite des allures de mission impossible. A Marcel-Picot, Patrice Garande avait demandé plus de rigueur défensive à ses défenseurs. Ils ont tenu six minutes. A l’image d’Alaeddine Yahia, la défense des Normands était encore hors-sujet samedi soir. Dépassés ou terriblement maladroits contre les Nancéiens, les défenseurs de Malherbe ont souffert face à la vivacité de Dia et Mandanne. « On a fait des erreurs qu'on paye cash, a déclaré Jordan Adéoti à la fin du match (...) Alors c'est très frustrant mais il ne faut surtout pas se décourager. » Avec sa défense centrale composée de trois centraux (Da Silva-Adéoti-Yahia), Caen a perdu les pédales. Problème de communication, de relance et de solidité, l’arrière-garde des Caennais est en proie au doute. Depuis sa gifle contre Paris (0-6, 5eme journée), c’est portes ouvertes à Malherbe (9 buts encaissés en 6 journées et deuxième pire défense de L1).

Offensivement, ça ne tourne pas rond non plus

Depuis son retour en L1, Caen s’est souvent montré à son aise pour marquer des buts. L’année dernière, la présence d’Andy Delort faisait du bien. Le départ de l’attaquant français, parti rejoindre André-Pierre Gignac chez les Tigres de Monterrey (Mexique), n’a pas été bien comblé. Malgré un début de saison prometteur, Ivan Santini galère toujours autant sur le front de l’attaque. Son profil de remiseur est mal exploité dans cette équipe. Idem pour Ronny Rodelin, volontaire, mais pas assez épaulé devant. Contre Nancy, les Normands ont eu leur chance en seconde période, mais ils ont clairement manqué de lucidité dans le dernier geste. « C'est un problème de confiance, a jugé Patrice Garande en conférence de presse. Pour s'exprimer sur le plan offensif, il faut une bonne assise défensive. Pour le moment, je ne m'occupe ni du classement, ni de l'écart de points. » Attention tout de même car le précipice n’est pourtant pas si loin.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant