L1 - Caen : Jouer un mauvais tour à l'OL, Vercoutre s'en ferait un plaisir

le
0
L1 - Caen : Jouer un mauvais tour à l'OL, Vercoutre s'en ferait un plaisir
L1 - Caen : Jouer un mauvais tour à l'OL, Vercoutre s'en ferait un plaisir

Parti de Lyon pour Caen en 2014 après y avoir passé onze saisons, Rémy Vercoutre aborde le déplacement au Parc OL avec un état d’esprit différent. Mais pas question de faire le moindre cadeau à ses ex-coéquipiers.

Ça ne peut pas être un match comme les autres ». Affronter l’Olympique lyonnais n’est jamais anodin pour Rémy Vercoutre. Il a beau avoir quitté le club depuis plus de deux ans maintenant, les onze saisons passées sous le maillot des Gones restent ancrées en lui. Peu importe qu’il compte déjà plus de matchs de L1 avec Caen, où il est arrivé en 2014, qu’avec l’OL (77 contre 75), l’aventure rhodanienne garde une place à part dans son cœur. Surtout parce qu’il conserve des relations étroites avec les membres du club. « J’aime les personnes en place là-bas parce que ce sont des amis, mais je fais abstraction de ça pendant le match, a soufflé le natif de Grande-Synthe jeudi en conférence de presse, à la veille d’affronter le vice-champion de France en titre en ouverture de la deuxième journée de L1 (20h45). Je suis compétiteur. » Alors comme son entraîneur Patrice Garande, Vercoutre ne se rendra pas au Parc OL en victime expiatoire.

Deux claques de suite à Lyon

D’autant que Caen a pris une bonne habitude en L1 : gagner son premier déplacement de la saison. C’est ce que les Bas-Normands ont fait ces quatre dernières années, après avoir échoué à le faire lors de ses onze premiers exercices dans l’élite (trois nuls, huit défaites). Le hic, c’est que les voyages à Lyon ne réussissent pas franchement au Stade Malherbe. Il ne s’y est imposé qu’une seule fois lors de ses quatorze visites (trois nuls, dix revers) et reste même sur deux fessées (3-0 en décembre 2014, 4-1 en février 2016). A chaque fois avec Vercoutre dans le but. « Sur les quatre derniers matchs contre eux, on en a gagné un et on en a perdu trois, trois belles volées (avec la défaite 0-4 à Michel d’Ornano en août 2015), se souvient-il. Je n’aime pas du tout ça. Je n’aime pas du tout ça en général, mais encore plus face à l’OL. » C’est tout le paradoxe entretenu par l’ancien gardien de Montpellier ou de Strasbourg.

Vercoutre : « Quand c’est fini, on se serre la main »

Il a beau entretenir une histoire particulière avec le club présidé par Jean-Michel Aulas, il ne semble jamais aussi motivé que quand il le défie sur un terrain. Le symbole, c’est la rage qu’il avait mis pour terrasser Lyon en fin de saison 2014-15 (3-0), quand son ancienne équipe ferraillait encore avec le PSG dans la course au titre en L1. Il était apparu survolté et avait provoqué à maintes reprises ses ex-coéquipiers, Clément Grenier en tête. « Je suis très copain avec certains joueurs, répète Vercoutre. Avant, je ne les appelle pas, je prépare mon truc. Vous avez pu voir par le passé que ça ne m’a pas empêché de ne pas être copain du tout avec eux sur le terrain. Quand c’est fini, on se serre la main et on discute pour savoir comment vont les familles. Mais avant, il n’y a pas de cadeau. » Voilà pourquoi il rêve de réaliser un gros coup au Parc OL. « Je n’ai pas la mémoire courte, je sais qu’on a la possibilité de leur poser des problèmes. En aura-t-on la capacité vendredi ? Je ne sais pas, mais je ne pars pas là-bas vaincu d’avance. »

Vercoutre : « On va se déplacer là-bas avec beaucoup d’humilité »

La réciproque marche aussi. Vercoutre sait trop bien ce qui l’attend avec le maillot caennais pour bomber le torse. « Je connais bien le club, je sais qu’ils ne sont pas affolés à l’idée de recevoir le Stade Malherbe de Caen. Ils sont concentrés, ils ont envie de réussir un bon début de championnat et c’est ce qui va rendre notre tâche encore plus compliquée. » Dans cette optique de départ canon, les Lyonnais n’ont pas buté sur la première marche, en se baladant à Nancy (0-3) et en occupant déjà la première place du classement. Anecdotique ? Pas seulement, selon Vercoutre. « Ils sont armés pour faire une grande saison, essayer d’embêter le Paris Saint-Germain. Nous, on va se déplacer là-bas avec beaucoup d’humilité, mais aussi avec une idée derrière la tête. Ils sont encore en rodage sur certains points de leur jeu. » Une phrase glissée avec malice. Comme une ultime preuve de l’appétit de Vercoutre à l’idée de jouer un mauvais tour à ce club si cher à son cœur.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant