L'US Air force éclaboussée par une affaire de drogue

le
0
L'US Air force éclaboussée par une affaire de drogue
L'US Air force éclaboussée par une affaire de drogue

Nouveau scandale au sein de l'armée de l'air américaine. Deux officiers de l'US Air force, chargés du contrôle des lancements de missiles nucléaires intercontinentaux (ICBM) en cas de guerre, sont soupçonnés de «possession de drogues illégales». Ils appartiennent à la base de Malmstrom dans l'Etat du Montana (Nord-Ouest). Au milieu de nulle part, cette base abrite le tiers de l'arsenal de missiles ICBM des Etats-Unis. Les enquêteurs du Bureau des enquêtes spéciales de l'Air Force ont étendu leurs investigations à quatre autres bases du pays, et même à un détachement installé à Royal Air Force Station de Lakenheath dans le sud-est de l'Angleterre.

En tout, ce sont neuf lieutenants et un capitaine qui sont visés par une enquête des plus sérieuses qui a établi des liens entre eux. Une porte-parole de l'Armée de l'air a indiqué que les recherches débutaient à peine, mais n'a précisé ni la quantité ni le type de drogue en possession des deux hommes à l'origine de l'affaire.

Une succession de couacs sur des sites stratégiques

Ce nouvel incident s'ajoute à une longue liste de problèmes qu'ont connus les forces stratégiques américaines ces derniers mois. En octobre, quatre officiers de l'Air Force, dont déjà deux basés à Malmstrom, ont été sanctionnés lors de deux incidents distincts pour avoir laissé ouverte la porte qui mène au poste de lancement de la bombe atomique censée être fermée en permanence.

En août, une inspection de l'armée de l'Air avait jugé «insatisfaisante» l'unité chargée du contrôle des missiles intercontinentaux (ICBM) à Malmstrom. Trois mois plus tôt, 17 officiers de la base de Minot (Dakota du Nord) s'étaient vu retirer leur certification après une mauvaise évaluation de leurs aptitudes à mener des opérations de lancement.

Le numéro deux du commandement des forces stratégiques (Stratcom), le vice-amiral Tim Giardan a pour sa part été renvoyé après avoir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant