L'Unsa dénonce sept ans de gel dans la fonction publique

le
10
L'UNSA DÉNONCE LA PROLONGATION DE TROIS ANS DU GEL DU POINT D'INDICE DES FONCTIONNAIRES
L'UNSA DÉNONCE LA PROLONGATION DE TROIS ANS DU GEL DU POINT D'INDICE DES FONCTIONNAIRES

PARIS (Reuters) - L'Unsa, un des principaux syndicats de la fonction publique, a dénoncé jeudi les trois années supplémentaires de gel du point d'indice des fonctionnaires, annoncé la veille par Manuel Valls dans le cadre de son plan de 50 milliards d'euros d'économies.

"Au total, ça voudrait dire une condamnation à sept ans de blocage de leur pouvoir d'achat", a déclaré son secrétaire général, Luc Bérille, après un entretien avec Manuel Valls, qui a repris ses consultations avec les partenaires sociaux.

L'Unsa est un des huit syndicats qui appellent à la mobilisation des fonctionnaires le 15 mai, notamment pour demander des négociations salariales.

Chaque fonctionnaire a un nombre de points d'indice en fonction de son échelon dans la grille des salaires de la fonction publique, ce qui permet de calculer son traitement.

La valeur du point d'indice est en principe revalorisée tous les ans, pour tenir compte de l'inflation, lors de négociations entre gouvernement et syndicats. Mais il n'a plus été revalorisé depuis 2010.

Selon des chiffres de l'Insee, le salaire net moyen des fonctionnaires de l'Etat s'est élevé à 2.460 euros par mois en 2012, soit une hausse de 1,1% par rapport à 2011, malgré ce gel.

L'Unsa estime cependant que les quatre ans de gel, depuis 2010, se sont soldés par une perte de l'ordre de six à sept points de pouvoir d'achat pour les fonctionnaires.

Pour Luc Bérille, le prolongement du gel pourrait se traduire au total "par 10 à 15 points de pouvoir d'achat entre l'évolution du point d'indice et l'évolution du coût de la vie."

"Les fonctionnaires comprennent qu'il y a des efforts à faire et qu'ils doivent y participer. Mais leur sentiment est qu'on leur demande à eux toujours plus".

Le Premier ministre devait recevoir dans l'après-midi deux autres organisations fortement implantées dans la fonction publique, Solidaires et la FSU.

(Emmanuel Jarry, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le jeudi 17 avr 2014 à 15:36

    commençons par faire pointer les profs , ils devraient faire 35 heures par semaine et 47 semaines par an , et la correction des devoirs sur le site de travail , pas à la plage ni à la maison ...

  • M940878 le jeudi 17 avr 2014 à 15:29

    alors qu'il faudrait en supprimer deux millions

  • janaliz le jeudi 17 avr 2014 à 14:58

    Demandez à un chômeur s'il n'y a pas gel de sa rémunération... Alors les lamentations fonctionnarisantes n'intéressent plus que les nantis de la nation ! Ne vous déplaise...

  • marcsim5 le jeudi 17 avr 2014 à 13:49

    "Au total, ça voudrait dire une condamnation à sept ans de blocage de leur pouvoir d'achat" faut que l'UNSA retourne à l'école: 7 ans de gel du point d'indice avec 7 ans d'inflation (la vraie pas celle des statistiques) cela ne donne pas un blocage mais bel et bien une perte de pouvoir d'achat!

  • M4426670 le jeudi 17 avr 2014 à 13:46

    Le jour où il y aura une "culture du résultat" (350.000 jeunes sortent de l'"EN" sans qualification, 30% des lycéens ne savent pas lire, écrire et compter correctement) on reparlera de leurs rémunérations payées par nos impots qu'on ne sait plus comment les payer... les impots!

  • M4426670 le jeudi 17 avr 2014 à 13:44

    Le gel du point d'indice ne signifie pas un gel des rémunérations des fonctionnaires: il les primes, l'absence des jours de carence. Alors il faut que les "syndicats" arrêtent de pleurer: les fonctionnaires ont un "emploi" à vie, un régime spécial de retraite, des horaires très minimes.... en bref, aujourd'hui, ce sont des privilégiés!

  • M5062559 le jeudi 17 avr 2014 à 13:24

    oui M619... les promotions continuent surtout si on est syndiqué. c'est comme à Bézier, le maire a doublé les effectifs de fonctionnaires, les a mis au dernier échelons et leur a accordé le vendredi après midi payé car il n'y a quasiment rien à faire pour la plupart d'entre eux. mais qui paye ?

  • M5062559 le jeudi 17 avr 2014 à 13:23

    oui M619... les promotions continue surtout si on est syndiqué; c'est comme à Bezier, le maire a doublé les effectifs de fonctionnaires, les a mis au dernier échellons et leur a accordé le vendredi après midi payés car il n'y a quasiment rien à faire pour la plupart d'entre eux. mais qui paye ?

  • popette le jeudi 17 avr 2014 à 12:54

    Ce sont nos impôts qui finance leurs augmentations .... Si nous ne sommes pas augmentés dans le privé, pourquoi la fonction publique devrait l'être ?

  • M6197799 le jeudi 17 avr 2014 à 12:46

    Ce n'est pas un gel puisque les augmentations à l'ancienneté continuent ; c'est juste une moindre augmentation que si cela augmentait plus !

Partenaires Taux