L'université d'Oxford accusée de vendre son âme aux proches de Poutine

le
1
Len Blavatnik, oligarque proche de Poutine et première fortune d'Angleterre, a fait un chèque de 105 millions d'euros à la prestigieuse université britannique.
Len Blavatnik, oligarque proche de Poutine et première fortune d'Angleterre, a fait un chèque de 105 millions d'euros à la prestigieuse université britannique.

Oxford en pleine controverse. Dans une lettre publiée mardi dans The Guardian, des chercheurs, des enseignants et des diplômés de l'université britannique, mais également des défenseurs des droits de l'homme, appellent Oxford à refuser les dons d'oligarques russes proches de Vladimir Poutine, et plus précisément les 105 millions d'euros de Len Blavatnik. « L'université doit cesser de vendre sa réputation et son prestige aux associés » du président russe, écrivent notamment les signataires. Ils accusent Oxford de n'avoir pas mené d'enquête assez poussée sur le milliardaire avant d'accepter son chèque pour la Blavatnik School of Government.

« Un accord controversé »

Le courrier rappelle que Len Blavatnik, l'homme le plus riche d'Angleterre selon le

Sunday Times, mais aussi les autres donateurs Mikhail Fridman et Pyotr Aven appartiennent au consortium Access-Alfa-Renova (AAR), « accusé d'être derrière une campagne de harcèlement contre BP parrainée par Moscou ». Les signataires ajoutent qu'en 2008 et 2009, « des dizaines de managers britanniques et occidentaux ont été contraints de quitter la Russie » à la suite du conflit opposant le groupe britannique et AAR au sujet de leur coentreprise, TNK-BP. Les milliardaires ont vendu en 2013 leurs actions de la société au géant russe Rosneft à l'occasion d'« un accord particulièrement controversé », estiment les signataires...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 le jeudi 5 nov 2015 à 19:36

    Les Russes sont vraiment trop bons avec les Anglais!