L'univers fou des... grattophiles

le , mis à jour à 06:35
0
L'univers fou des... grattophiles
L'univers fou des... grattophiles

Il en exhibe des ronds, des rectangles, des ronds et rectangles à la fois... tous à la gloire du Millionnaire. Bruno, 26 ans, collectionne tous les modèles du célèbre ticket à gratter qui, à une époque et à condition de voir apparaître les trois symboles TV, offrait le privilège d'aller tourner la roue sur TF 1 aux côtés de l'animateur Philippe Risoli. « Je ne suis pas du tout joueur, je suis le seul client qui investit dans un ticket dans l'optique de perdre, juste pour pouvoir l'ajouter à ma collection », sourit cet infographiste de Limeil-Brévannes (Val-de-Marne), 3 pin's Millionnaire accrochés à son veston.

 

Comme lui, ils sont une dizaine de collectionneurs de jeux de grattage à avoir été invités cette semaine sur le site de la Française des jeux (FDJ) à Moussy-le-Vieux (Seine-et-Marne). Une première. « Ce sont pour nous des ambassadeurs, ils valorisent nos marques à travers notamment leurs expos ou leurs sites Internet », se félicite Christine Da Silva, chargée d'études à la FDJ. L'Hexagone compte une centaine de grattophiles accros aux premières séries d'Astro, aux sésames ayant un défaut d'impression ou une faute d'orthographe, aux spécimens destinés aux commerciaux... « J'ai rencontré mon docteur, il m'a dit : La collectionnite aiguë, ça ne se soigne pas. Alors je continue », se marre Jean-Claude, 70 ans, qui possède les premiers Banco et 421.

 

Le « graal » de ces passionnés, c'est la Carte 6 Jeux qui, sur un même ticket, proposait dans les années 1990 moyennant 50 francs un Morpion, un Poker plus, un Black Jack... L'un d'eux était forcément gagnant. Résultat : pour pouvoir encaisser leur gain, les clients les remettaient aux buralistes qui, à leur tour, les détruisaient, d'où leur rareté. Patrick a réussi à mettre la main dessus. Il détient aussi un exemplaire du Cash 100 000, le tout premier ticket apparu dans l'Hexagone, en 1989. Mais sa plus belle prise, c'est le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant