L'Union européenne s'engage à répondre à la menace djihadiste

le
0

(actualisé avec précisions, citations) par Robin Emmott et Adrian Croft BRUXELLES, 19 janvier (Reuters) - A la lumière des attaques des 7, 8 et 9 janvier en France, les ministres européens des Affaires étrangères ont promis lundi de contrer la menace des djihadistes de retour de Syrie ou d'Irak et de réfléchir à la constitution d'un réseau européen de responsables de la sécurité, tout en excluant une refonte en profondeur du cadre législatif. Depuis les attentats au siège parisien de Charlie Hebdo, à Montrouge et dans une supérette casher de la porte de Vincennes, qui ont fait 17 morts, les Européens cherchent une réponse commune à une menace qui a été renforcée par l'alerte de la semaine dernière en Belgique. "Nous sommes déterminés à faire tout ce qui est nécessaire pour tenir l'Europe à l'abri de la menace terroriste", a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, à son arrivée au conseil ministériel. L'une des idées sur la table est de dépêcher des responsables européens de la sécurité à l'étranger afin de réunir et de partager des informations sur les menaces terroristes. Federica Mogherini, la Haute Représentante de l'Union européenne pour la politique extérieure et de sécurité commune, a précisé que ce projet ne laissait pas augurer de la formation d'un service européen de renseignements. "Il s'agit d'avoir des gens sur le terrain, capables d'échanger avec des responsables du même échelon dans les pays où nous avons des délégations", a-t-elle déclaré. 3.000 EUROPEENS EN SYRIE Dans les prochains jours, les ministres européens de l'Intérieur devraient également se réunir pour envisager de retirer les passeports ou cartes d'identité des ressortissants européens soupçonnés de vouloir se rendre en Syrie et en Irak. Interrogé la semaine dernière par une commission du Parlement britannique, le directeur de l'Office européen de police (Europol), Rob Wainwright, a estimé que 3.000 à 5.000 Européens avaient rallié les groupes djihadistes en Syrie et constituaient une menace pour l'Europe. "Il s'agit certainement de la plus grave menace terroriste à laquelle l'Europe ait été confrontée depuis le 11 septembre 2001", a-t-il dit. (voir ID:nL6N0US42W ) Plusieurs rendez-vous consacrés à la réponse aux djihadistes radicalisés de retour de zones de conflit auront lieu d'ici au prochain sommet des dirigeants européens, les 12 et 13 février à Bruxelles. Les chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Huit devraient alors finaliser une stratégie commune pour contrer la menace. Parmi les pistes prioritaires figurent la lutte contre le trafic d'armes, un soutien européen aux forces de sécurité d'Afrique du Nord et du Proche-Orient, un renforcement de la lutte contre les filières qui envoient des Européens se battre au côté des groupes islamistes armés et un contrôle accru des contenus islamistes radicaux qui circulent sur internet, notamment via les réseaux sociaux. "Le travail à faire est énorme, il porte aussi bien sur la formation de forces de police, l'éducation ou le social", a reconnu le chef de la diplomatie danoise, Martin Lidegaard. PARTAGE D'INFORMATIONS Avant de présider le conseil européen des ministres, Federica Mogherini a discuté de ces questions avec le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil El Arabi qui a assisté à la réunion. "La menace n'est pas seulement celle que nous avons vue à Paris mais elle se répand aussi dans de nombreuses parties du monde, à commencer par les pays musulmans", a-t-elle dit. "Nous devons partager davantage d'informations, nous devons coopérer davantage." L'Union européenne a par ailleurs annoncé lundi qu'elle ferait appel d'une décision rendue le mois dernier par la justice européenne qui a déclaré que le Hamas palestinien devait être retiré de la liste européenne des organisations considérées comme terroristes. ID:nL6N0UY17G Les attaques de Paris devraient par ailleurs inciter l'Union européenne à se pencher à nouveau sur la constitution d'une base de données européenne destinée à centraliser les informations sur les passagers des vols aériens à partir et en direction de l'UE. Une proposition allant dans ce sens a été rejetée en 2011 par le Parlement qui redoutait alors des atteintes à la vie privée. (Henri-Pierre André et Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant