L'Union européenne réduit temporairement sa présence au Burundi

le
1

NAIROBI, 13 novembre (Reuters) - L'Union européenne va réduire à titre temporaire les effectifs de sa mission au Burundi et rapatrier les membres des familles de son personnel étranger en raison des risques de violences dans le pays. Le Conseil de sécurité de l'Onu a demandé au secrétaire général Ban Ki-moon de présenter dans un délai de 15 jours les options envisageables pour renforcer la sécurité du personnel onusien au Burundi menacé par des troubles qui pourraient se transformer en conflit ethnique. "La délégation (européenne) va continuer à fonctionner normalement", a déclaré l'ambassadeur de l'UE, Patrick Spirlet, expliquant la réduction du personnel et le rapatriement des familles des employés étrangers par "un risque croissant de la violence". Le diplomate n'a pas précisé combien de temps la mission entendait fonctionner avec un effectif réduit. Le Burundi est plongé dans une crise politique qui s'est traduite par un coup d'Etat manqué et des violences depuis la décision en avril du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat de cinq ans. Le chef de l'Etat a remporté l'élection présidentielle en juillet mais l'opposition estime que le scrutin a été marqué par des fraudes et accuse Nkurunziza d'avoir enfreint la constitution en se présentant. Les 15 membres du Conseil de sécurité de l'Onu ont adopté à l'unanimité jeudi une résolution présentée par la France soutenant un plan de l'Onu et de l'Union africaine (UA) qui prévoit une réponse internationale à toute nouvelle dégradation de la situation sécuritaire dans le pays. (Edmund Blair; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le vendredi 13 nov 2015 à 08:50

    Du visage affligé du colonisé, au visage affligeant du décolonisé.