L'Union africaine demande une transition civile au Burkina

le
0

(Complété avec autres extraits du communiqué) DAKAR, 1er novembre (Reuters) - L'Union africaine a réclamé samedi une "transition civile et consensuelle" au Burkina Faso soit confiée à la société civile et a appelé l'armée, qui assure l'intérim depuis la démission du président Blaise Compaoré, à se mettre à la disposition des autorités civiles. La présidente de la Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, "souligne le devoir et l'obligation des forces armées et de sécurité de se mettre à la disposition des autorités civiles qui seront chargées de conduire la transition et d'agir dans un esprit républicain", peut-on lire dans un communiqué. Elle demande aux responsables des Forces armées et de sécurité de s'abstenir de tous actes ou propos qui pourraient compliquer davantage la situation au Burkina Faso et affecter négativement la sécurité et la stabilité régionales", ajoute-t-elle. "Une transition civile et consensuelle répondrait non seulement aux aspirations légitimes du peuple du Burkina Faso au changement, mais faciliterait également la mobilisation de l'appui international nécessaire pour permettre une sortie de crise réussie", ajoute Nkosazana Dlamini-Zuma. La constitution burkinabée prévoit qu'en cas de vacance à la tête de l'Etat, l'intérim soit confié au président de l'Assemblée nationale. Mais la chambre a été dissoute par l'armée au soir des violentes manifestations de jeudi dans le cadre de l'état d'urgence brièvement décrété par Compaoré. L'armée burkinabée a désigné pour sa part le lieutenant-colonel Isaac Zida, officier de la garde présidentielle, pour conduire la transition. (voir ID:nL5N0SR0JP ) La crise au Burkina sera évoquée lundi lors d'une réunion du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine. (Daniel Flynn; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant