L'UNFP râle : Vers la fin des pelouses synthétiques ?

le
0

Mardi, le syndicat des footballeurs professionnels (UNFP), a demandé la fin des pelouses synthétiques en Ligue 1 et en Ligue 2, dans un communiqué adressé à la LFP.

Dans un communiqué à la LFP, l’UNFP, le syndicat des footballeurs professionnels, a exigé mardi le remplacement des pelouses synthétiques par des surfaces naturelles pour la saison à venir. Cette demande est liée à la multiplication des blessures subies par les joueurs lors des rencontres de Ligue 1 et Ligue 2 disputées sur du synthétique. La dernière en date est celle du Lillois Sofiane Boufal samedi à Lorient (0-1). L'ailier marocain (2 sélections) souffre d’une lésion méniscale et va se faire opérer prochainement. Sa saison est terminée.

La disparition du synthétique est déjà amorcée

Seul club de L1 à évoluer sur un terrain synthétique, Lorient le remplacera cet été par une pelouse hybride AirFibr du Français NaturalGrass. L’entreprise a déjà posé son gazon dans plusieurs stades de L1 et L2, comme Saint-Etienne, Bordeaux, Marseille ou encore Metz. En revanche, Nancy, promu dans l’élite la saison prochaine, gardera son synthétique jusqu’en 2017. Mais basculera ensuite sur une pelouse naturelle, également hybride.

Seul Nancy « résiste »

« On se fera peut-être incendier toutes les semaines, même si je trouve que notre pelouse, mieux soignée, était déjà plus souple cette saison. Elle sera changée la suivante, le règlement de la LFP nous y oblige. Le choix n’est pas encore fait, mais ce sera une pelouse hybride », a expliqué fin mars Jacques Rousselot, président du club lorrain. L’agglomération nancéienne, propriétaire du stade Marcel-Picot, a prévenu l’ASNL qu’elle attendrait 2017 avant de l’installer puisqu’elle va déjà rénover le PC sécurité du stade cet été.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant