L'un des frères Kouachi aurait rencontré l'imam Aoulaki au Yémen

le
0

par Mohammed Ghobari SANAA, 9 janvier (Reuters) - Saïd Kouachi, l'un des deux frères soupçonnés d'avoir commis la tuerie de mercredi dans les bureaux de Charlie Hebdo à Paris, a rencontré l'ancien prédicateur d'Al Qaïda Anouar al Aoulaki lors d'un séjour au Yémen en 2011, a-t-on appris vendredi auprès d'un haut responsable des services de renseignement yéménites. Saïd Kouachi a passé plusieurs mois au Yémen en 2011 pour y effectuer, comme un certain nombre d'étrangers, des études religieuses, a ajouté cette source. Le responsable n'a pas confirmé en revanche que Saïd Kouachi ait suivi un entraînement avec Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), ce que disent plusieurs sources européennes et américaines. ID:nL6N0UN408 Anouar al Aoulaki, l'un des chefs d'Aqpa, très actif sur internet et considéré comme un influent recruteur pour Al Qaïda, a été tué en septembre 2011 dans une frappe de drone américain. "Nous n'avons pas d'informations confirmant que (Saïd Kouachi) a été entraîné par Al Qaïda mais ce qui est confirmé, c'est qu'il a rencontré Aoulaki à Chaboua", a déclaré la source des services de renseignement, qui souligne cependant qu'un grand nombre de régions du Yémen échappait à l'époque au contrôle des autorités. La province de Chaboua, dans le sud du Yémen, est le théâtre de combats entre les islamistes d'Al Qaïda et les forces de sécurité depuis plusieurs années. Aqpa, l'une des filiales les plus actives d'Al Qaïda, a revendiqué notamment la responsabilité d'une tentative d'attentat à bord d'un avion de ligne à destination de Detroit le 25 décembre 2009. Aqpa a également été pointé du doigt pour un projet d'attentat contre des avions cargos vers les Etats-Unis. Saïd Kouachi, 34 ans, et son frère Chérif, 32 ans, les deux suspects de l'attaque qui a fait douze morts il y a deux jours, sont traqués au nord de Paris par les forces de police et de gendarmerie. ID:nL6N0UO0X4 INTERDITS DE VOL Surnommé "Abou Issen", Chérif Kouachi était bien connu des services antiterroristes français pour son implication dans la filière djihadiste dite "des Buttes Chaumont". Il a été condamné le 14 mai 2008 à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, pour avoir tenté de rejoindre l'Irak afin de se battre aux côtés des insurgés islamistes. ID:nL6N0UN24X L'attaque de mercredi n'a pas été revendiquée mais un témoin au moins dit avoir entendu l'un des assaillants se réclamer d'"Al Qaïda au Yémen". Lorsque Saïd Kouachi est revenu en France après son séjour au Yémen, lui et son frère se sont gardés de toute activité risquant d'attirer sur eux l'attention des services de sécurité ou de renseignement français, dit-on encore de sources européennes et américaines proches de l'enquête. Selon les autorités américaines, les frères Kouachi étaient fichés dans deux bases de données - l'une, hautement confidentielle, baptisée TIDE et contenant 1,2 million de suspects aux yeux des services antiterroristes, l'autre, une "no-fly list" plus restreinte, contenant les individus interdits de vol, qui est gérée par le Terrorist Screening Center, une unité coordonnant l'action des agences de renseignement. D'après ABC News, les deux hommes figuraient depuis des "années" dans ces bases de données. Un porte-parole du Terrorist Screening Center, Dave Joly, n'a pas souhaité faire de commentaire. (avec Rania El Gamal; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant