L'un des cerveaux de Google part chez le chinois Xiaomi

le
0
L'un des cerveaux de Google part chez le chinois Xiaomi
L'un des cerveaux de Google part chez le chinois Xiaomi

Le géant américain de l'internet Google a perdu l'un de ses cerveaux, Hugo Barra, qui était l'un des dirigeants de la branche Android et va prendre un nouveau poste chez le fabricant chinois de smartphones Xiaomi."Après près de cinq années et demies chez Google et près de trois ans en tant que membre de l'équipe Android", le système opérationnel pour appareils mobiles de Google, "j'ai décidé de commencer un nouveau chapitre de ma carrière", explique M. Barra dans un message sur le réseau social Google +."Dans quelques semaines, je vais rejoindre l'équipe de Xiaomi en Chine pour l'aider à développer son incroyable portefeuille de produits et ses activités au niveau mondial, en tant que vice-président de Xiaomi international", ajoute-t-il. "J'ai hâte de démarrer ce nouveau défi et je suis particulièrement heureux à l'idée de continuer à contribuer à la croissance de l'écosystème Android", a-t-il conclu.Android est un système opérationnel pour appareil mobiles conçu par Google et qui fonctionne sur de nombreux téléphones multifonctions et tablettes comme le téléphone Samsung Galaxy Nexus ou la tablette Xoom de Motorola.Xiaomi, créé en 2010, fabrique des téléphones Android pour le marché chinois. Il a lancé son premier téléphone en 2011 et est surtout présent en Chine continentale. ?Hugo sera responsable du développement des activités internationales de Xiaomi et des partenariats stratégique avec Android", a commenté Xiaomi dans un message sur le site de microblogs Twitter."Nous souhaitons le meilleur à Hugo Barra. Il nous manquera et nous sommes enchantés qu'il reste dans l'écosystème Android", a commenté un porte-parole de Google dans un communiqué.M. Barra, diplômé d'un master en informatique et ingénierie électrique du Massachusetts Institute of Technology (MIT), a grimpé les échelons au cours de ses cinq années chez Google pour devenir l'un des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant