L'UMP veut en finir avec "l'indemnisation passive" du chômage

le
1

PARIS (Reuters) - Face à François Hollande, qui "a tout essayé contre l'emploi", l'UMP assure travailler à des réformes "vigoureuses" pour résorber le chômage, avec en point d'orgue la fin des 35 heures et un nouveau palier dans la dégressivité des indemnisations.

Le taux de chômage en France a atteint un nouveau record en mars avec plus de 3,22 millions de demandeurs d'emploi en métropole en catégorie "A".

Le chef de l'Etat, en visite d'Etat en Chine, a élevé jeudi l'emploi au rang de "cause nationale".

"On ne peut pas dire que M. Hollande et son gouvernement se soient révélés très efficaces, quoi qu'ils aient promis", a commenté le député Hervé Mariton, délégué général au projet à l'UMP.

Dans le cadre de ses "états généraux de la reconquête", en vue de la présidentielle de 2017, le principal parti d'opposition a décliné une série de propositions en faveur du plein emploi, auquel il dit encore croire.

Sous l'apostrophe "Travailleuses, travailleurs..." emprunté à Arlette Laguiller, égérie de l'extrême gauche, l'UMP préconise de supprimer la loi de référence à la durée du travail pour des négociations par branche ou par entreprise. La fonction publique passerait à 39 heures "sans augmentation salariale à court terme".

Le parti prône un contrat unique à durée indéterminée qui remplacerait CDD et CDI, la création d'une "Agence pour le travail", qui fusionnerait les services publics de l'emploi, la réforme du régime d'indemnisation du chômage.

"Il faut en finir avec la logique de l'indemnisation passive", souligne Hervé Mariton.

Au bout de six mois de chômage, l'indemnisation deviendrait dégressive avec des modalités différentes selon l'âge, la rémunération et le niveau de formation. L'UMP se garde pour l'heure d'avancer une échelle chiffrée, consciente du caractère détonant d'une telle mesure. "Il s'agit d'une phase très préparatoire", dit-on prudemment.

Le parti met également l'accent sur le formation, qui "n'est pas à la hauteur", et émet l'idée de "classes métiers-études", à la manière des "sports-études" pour ouvrir les jeunes sur le monde professionnel.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr.fav le jeudi 25 avr 2013 à 19:51

    il serait temps de baisser tout leurs indemnités à tous ces voleurs !!!!!!