L'UMP veut conjurer les mauvais sondages

le
0
Le parti présidentiel mise sur le bilan du quinquennat et sur les divisions du PS.

Rien n'y fait. Ni sa gestion de la crise libyenne, qui a pourtant valu à Nicolas Sarkozy les félicitations de Barack Obama. Ni les face-à-face avec les Français que le président s'impose à une cadence soutenue, sur le terrain et à la ­télévision. Plus de 8 millions de téléspectateurs ont suivi sa dernière grande prestation, sur TF1, le 10 février. Résultat: sa chute dans les sondages s'est poursuivie. Dans l'enquête Ifop publiée mercredi par Paris Match et Europe 1, Nicolas Sarkozy est battu par Dominique Strauss-Kahn, François Hollande, Martine Aubry et même Ségolène Royal (sondage réalisé les 20 et 21 avril auprès de 917 personnes). Quand ça ne veut pas...

Que faire? «Changer de candidat», répondent, courageux mais pas téméraires, des parlementaires UMP anonymes. Beaucoup d'entre eux voient en Alain Juppé leur sauveur. L'intéressé s'est chargé de les ramener à la réalité le 31 mars, en lançant en plein bureau politique du parti présiden

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant