L'UMP tente de radicaliser le débat sur le mariage à l'Assemblée

le
0
LES DÉPUTÉS UMP TENTENT DE RADICALISER LE DÉBAT SUR LE MARIAGE HOMOSEXUEL
LES DÉPUTÉS UMP TENTENT DE RADICALISER LE DÉBAT SUR LE MARIAGE HOMOSEXUEL

PARIS (Reuters) - Plusieurs députés de l'opposition ont radicalisé jeudi le débat à l'Assemblée sur le mariage et l'adoption par les couples homosexuels, l'un d'entre eux accusant même le gouvernement français "d'assassiner les enfants".

L'Assemblée a engagé mercredi après-midi l'examen de ce projet de loi approuvé vendredi dernier par le Sénat au moment ou plusieurs incidents homophobes ont éclaté en France.

Des échauffourées ont également éclaté mercredi soir à Paris à l'issue d'une nouvelle manifestation d'opposants au mariage pour tous près de l'Assemblée, qui défileront dimanche.

Les orateurs du groupe UMP, pour beaucoup membres de la Droite populaire, l'aile droitière de l'UMP, se sont succédé pour critiquer vivement non seulement la réforme mais aussi les ministres et plus largement l'exécutif.

Le député Philippe Cochet a provoqué un vif incident en accusant les ministres présents - la ministre de la Justice, Christiane Taubira, et le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies - et la majorité "d'assassiner les enfants" avec leur projet de loi.

"Des mots inappropriés", a estimé l'UMP Patrick Ollier dans les couloirs de l'Assemblée.

Finalement, l'auteur du dérapage est revenu en partie sur ses propos. "Le terme n'était pas approprié. J'en conviens", a-t-il dit. "Par contre le mal reste le même, la fragilisation de l'enfant", a-t-il dit.

Le président du groupe PS, Bruno Le Roux, s'est inquiété dans un communiqué que "l'opposition au mariage pour tous prenne une forme inquiétante pour la qualité du débat démocratique".

Il s'est "étonné que les rangs de la droite parlementaire restent étrangement silencieux face à la multiplication des actes homophobes" et a appelé la droite républicaine à "dénoncer les dérives préoccupantes de ce mouvement".

Le vice-président du groupe centriste UDI à l'Assemblée, François Sauvadet, a pris ses distances avec les divers orateurs de l'UMP qui ont annoncé une abrogation du mariage pour tous si la droite revient aux affaires.

Dans un communiqué, l'ancien ministre centriste "s'élève contre le mensonge de ceux qui annoncent que, s'ils parvenaient au pouvoir, ils reviendraient sur le mariage pour tous".

"Les unions célébrées, si elles le sont, ne pourront pas être défaites", explique-t-il.

Le gouvernement a décidé d'utiliser la procédure du "temps programmé", instauré sous la précédente majorité, qui limite la durée des débats afin d'accélérer l'examen du texte, qui devrait être achevé vendredi avant un vote solennel mardi prochain.

Les députés ont engagé jeudi l'examen des 3.200 amendements déposés par l'opposition sur les 18 articles qui restent à examiner sur les 35 que compte le projet de loi.

L'opposition a d'ores et déjà annoncé qu'elle saisirait le Conseil constitutionnel.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant