L'UMP tente de peser sur la réforme des retraites

le
0
L'UMP tente de peser sur la réforme des retraites
L'UMP tente de peser sur la réforme des retraites

PARIS (Reuters) - Le groupe UMP, qui détient la majorité absolue dans l'Assemblée nationale sortante, a obtenu que la commission des Affaires sociales se réunisse mardi prochain afin d'examiner les propositions du gouvernement socialiste sur les retraites.

L'équipe mise en place par François Hollande prévoit de ramener à 60 ans l'âge de départ à la retraite pour les salariés ayant commencé à travailler très jeunes et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a convoqué mardi les organisations syndicales pour évoquer le dossier.

Christian Jacob, président du groupe UMP de l'Assemblée, a annoncé mardi avoir obtenu du président de Pierre Méhaignerie (UMP) la réunion de la commission des Affaires sociales que ce dernier préside afin d'entendre les ministres de tutelle de ce dossier, dont Marisol Touraine (Affaires sociales et Santé).

"On a vraiment le sentiment, à propos des retraites, que la boite de Pandore est ouverte", a-t-il déclaré mardi à l'issue de la réunion hebdomadaire de son groupe. "Ça part dans tous les sens. Il y a un chantage mené par le Front de gauche et par l'extrême gauche."

"Il faut qu'il y ait un débat, que l'on sache comment on finance car aujourd'hui on nous sort un décret sans avoir aucune idée du financement. Ça mérite d'avoir quelques précisions", a-t-il affirmé.

Alors que les législatives ont lieu les 10 et 17 juin, la législature actuelle commencée en juin 2007 s'achève le 19 juin à minuit. La majorité sortante de droite reste jusqu'à cette date maîtresse du jeu à l'Assemblée nationale.

François Brottes, président par intérim du groupe socialiste de l'Assemblée, et Bruno Le Roux, porte-parole du groupe, accusent, dans un communiqué, la majorité sortante de vouloir "défendre ses injustices".

"En s'acharnant contre le projet de décret du gouvernement Ayrault ouvrant le droit à la retraite à 60 ans pour les salariés qui ont leurs annuités de cotisation, l'UMP veut maintenir l'une des plus grandes injustices du quinquennat Sarkozy : l'obligation faite aux ouvriers ou aux employés de travailler plus longtemps que les autres", affirment-ils.

Le débat devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée la semaine prochaine, estiment les deux députés PS, "sera une épreuve de vérité grandeur nature à cinq jours du premier tour des élections législatives".

Pour les deux responsables du groupes PS, les Français "savent désormais l'importance que revêtent les élections législatives des 10 et 17 juin".

"Le maintien de la droite serait la continuité des pires inégalités. Pour que ce décret voie le jour, pour que le redressement de notre système de retraites se fasse dans l'équité, François Hollande a besoin d'une majorité de gauche à l'Assemblée nationale", concluent-ils.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant