L'UMP tente d'ordonner la bataille des chefs

le
2
BATAILLE DES CHEFS À L'UMP
BATAILLE DES CHEFS À L'UMP

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Les dirigeants de l'UMP tentent de mettre de l'ordre dans la bataille pour la présidence du principal parti de droite, livré aux affres des lendemains de défaite électorale.

Le bureau politique de la formation de l'ancien président Nicolas Sarkozy a adopté mercredi quelques règles de base et une feuille de route jusqu'au congrès du 18 novembre, qui doit ratifier l'élection d'une nouvelle équipe dirigeante.

Depuis la double défaite de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle le 6 mai et de l'UMP le 17 juin aux législatives, c'est le trop-plein plutôt que le vide qui menace le parti, sur fond d'inventaire du quinquennat écoulé.

L'ancien Premier ministre François Fillon est déjà en campagne pour tenter de prendre la tête d'un appareil dont Nicolas Sarkozy avait fait, dans la deuxième moitié des années 2000, un instrument de conquête de l'Elysée.

Le secrétaire général de l'UMP maintient pour sa part un faux suspense autour de sa candidature, qu'il pourrait annoncer lors de sa rentrée politique les 25 et 26 août à Châteaurenard, dans les Bouches-du-Rhône, lors d'un rassemblement de son club, Génération France, et d'une réunion publique le lendemain.

D'ici là, Jean-François Copé assure avoir autre chose en tête, sans se priver d'adresser quelques piques à son rival, occupé à sillonner les fédérations de l'UMP et à engranger les ralliements.

"Je ne suis pas du tout dans ça", a-t-il réaffirmé lors de son point de presse hebdomadaire. "Je ne suis pas dans la même situation que d'autres qui sont dans une logique de pré-candidature. Je suis en charge."

"Aujourd'hui, la mission qui est la mienne est d'installer l'opposition", a-t-il ajouté. "L'été doit être exclusivement consacré à ça. Viendra ensuite l'automne et le moment naturel d'une campagne interne pour désigner le président de l'UMP. Je me tiens strictement à ce calendrier."

GARDE-FOU

En réalité, selon la feuille de route adoptée par le bureau politique du parti, les candidatures devront être déposées avant la fin de l'été, au plus tard le 18 septembre.

Chaque candidat devra être parrainé par au moins 3% des 264.137 adhérents de l'UMP à jour de cotisation au 30 juin 2012, soit un minimum de 7.924 militants répartis sur au moins dix fédérations différentes.

Il devra déposer, en même tant que sa candidature, les noms d'un candidat à la vice-présidence du parti et d'un autre au poste de secrétaire général.

La commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales de l'UMP (Cocoe) a fixé au 5 octobre le début de la "campagne officielle". Un second tour de scrutin pourra avoir lieu le 25 novembre si aucune liste n'a obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés le 18 novembre.

La Cocoe s'efforce également de mettre en place quelques garde-fous en matière d'utilisation des fichiers et des autres moyens du parti pour garantir l'égalité des candidats.

Une période de réserve sera imposée à l'équipe dirigeante sortante pendant la campagne officielle. Ainsi, les candidats membres de cette équipe n'auront pas le droit de faire usage de leurs titres.

Au-delà de la direction de l'UMP, l'objectif est clairement pour François Fillon et Jean-François Copé la présidentielle de 2017, avec en arbitre le maire de Bordeaux, Alain Juppé.

L'ex-ministre des Affaires étrangères assure ne pas avoir d'"ambition" personnelle pour 2017 mais propose, pour éviter la cacophonie à l'UMP, de prendre la tête d'une direction collégiale au sein de laquelle les deux rivaux auraient leur place. Une formule qui a cependant peu de chance d'être retenue.

Jean-François Copé a rejeté mercredi les critiques de partisans de François Fillon, qui l'accusent d'utiliser les moyens du parti pour asseoir sa propre pré-candidature.

"J'entends tout mais je ne veux pas polémiquer", a-t-il dit.

L'entourage du secrétaire général assure que, pour sa part, François Fillon se déplace et organise des meetings, "avec les moyens de l'UMP" et de ses fédérations. "Dire autre chose est un mensonge éhonté", ajoute-t-on de même source.

Edité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • scrouik le mercredi 11 juil 2012 à 16:50

    Ca bouge encore la dedans ?

  • M3101717 le mercredi 11 juil 2012 à 16:39

    C'est un peu Chicken Run, en moins passionnant :)