L'UMP suspendue à l'entrée en scène de Sarkozy

le
2
L'UMP suspendue à l'entrée en scène de Sarkozy
L'UMP suspendue à l'entrée en scène de Sarkozy

C'est une curieuse rentrée qui se prépare à l'UMP. Alors que François Hollande affronte une crise politique majeure qui vient de le contraindre à dissoudre son gouvernement, la droite n'apparaît guère en mesure d'en tirer un quelconque profit. Le parti est surendetté, le climat reste délétère parmi ses cadres et, à trois mois du congrès qui doit permettre d'élire un nouveau président, il est toujours en quête d'un chef. En annonçant la semaine dernière qu'il était candidat... à la primaire pour 2017, Alain Juppé n'a pas vraiment contribué à clarifier les choses.

« Notre situation est paradoxale, admet Roger Karoutchi. Le parti est plutôt en bonne santé électorale, du fait de la faiblesse de la gauche, et on peut espérer reprendre le Sénat en septembre. Mais il n'est pas en bonne santé interne, parce que le doute est très fort. » Tellement fort que chacun a finalement prévu de rentrer en ordre dispersé, au risque de laisser apparaître une fois de plus des voix discordantes.

A chacun son campus

Aujourd'hui, François Fillon effectuera ainsi son retour médiatique en réunissant ses soutiens chez lui, dans la Sarthe, tandis que les Jeunes Populaires de l'UMP organisent ce week-end au Touquet (Pas-de-Calais) un campus où Luc Chatel, Xavier Bertrand, Bruno Le Maire et encore Hervé Mariton sont annoncés. Une semaine plus tard, deux villes se disputeront la tribune en accueillant au même moment leur propre campus de rentrée : La Baule (Loire-Atlan­tique) et Nice (Alpes-Maritimes). « Cette rentrée morcelée, c'est forcément regrettable et pas le meilleur signe pour afficher un signe d'unité, déplore le député du Nord Gérald Darmanin, qui en a vu d'autres. En même temps, ce n'est pas ce qu'on a connu de pire ces derniers temps... »

Le piège de la dissolution

Avec l'épisode du remaniement et la violente contestation interne que doit affronter François Hollande, la droite se met soudainement à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 27 aout 2014 à 09:51

    Ah l'illustre Bayrou, celui qui a fait élire FH, Juppé celui qui a fait dissoudre l'AN pour mettre en place Jospin. Le centre c'est du passé, le PS c'est de l'histoire, le PCF de l'archéologie.

  • M7361806 le mercredi 27 aout 2014 à 09:47

    Pour moi l'UMP ce parti qui ripaille et vole ses adhérents c'est terminé ,il faut créer un grand parti de centre droit ,je crois au tendem JUPPE-BAYROU