L'UMP subit la pression du Front national

le
0
Réaffirmée par la direction de l'UMP, la règle du ni-ni divise sur le terrain.

Sur le papier, la décision prise par le bureau politique de l'UMP lundi de refuser tout soutien aux candidats du Front national ou tout front républicain avec la gauche paraît simple. Jean-François Copé l'a encore défendue mercredi lors du point presse hebdomadaire de l'UMP. «Dans les situations où il y a un duel entre le Front national et un candidat de gauche, notre position est de dire que l'on ne vote ni pour l'un ni pour l'autre, parce que nous n'avons rien à faire dans une élection dans laquelle nous ne sommes pas concernés», a expliqué le secrétaire général de l'UMP.

C'est pourquoi Jean-François Copé a demandé l'exclusion de Roland Chassain, candidat UMP qualifié au second tour pour une triangulaire dans les Bouches-du-Rhône, qui s'est désisté pour faire barrage au socialiste Michel Vauzelle, quitte à faire élire la candidate du FN.

Marine Le Pen ravie

Mais la ligne du «ni-ni» se trouve affaiblie par les déclarations d'élus de l'UMP qui déplacent le d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant