L'UMP se refuse à politiser les cantonales

le
0
Les 20 et 27 mars, le parti majoritaire devra mobiliser son électorat et éviter le vote sanction souhaité par le PS.

Dès son intronisation, mi-décembre, Jean-François Copé avait prévenu: il ne serait pas comptable du résultat de l'UMP aux cantonales. «Le coup est parti!», soupirait-il, tout en promettant de «faire de (son) mieux» pour que les candidats choisis sous le règne de son prédécesseur, Xavier Bertrand, «obtiennent le meilleur score possible». Ce manque d'enthousiasme est largement partagé au sommet du parti majoritaire, comme l'a montré le bureau politique qui s'est tenu mercredi matin. C'était la première fois que le nouveau secrétaire général mettait le scrutin des 20 et 27 mars à l'ordre du jour de la réunion hebdomadaire de l'exécutif de l'UMP. «Bien sûr, on a eu l'éternel débat sur enjeu national ou enjeu local», a-t-il résumé ensuite à l'intention de la presse, en laissant entendre qu'il accordait à la question une importance toute relative.

C'est pourtant ce point qui a donné lieu à la discussion la plus animée, mercredi, dans le huis clos du bur

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant