L'UMP se convertit au fédéralisme européen sans le dire 

le
0
Plus de «souveraineté paratgée» convenue par la droite.

La crise économique a fait évoluer les esprits à droite vers plus de gouvernance économique européenne, voire plus de «souveraineté partagée». Même les anciens RPR, longtemps qualifiés d'euro­sceptiques, en conviennent. «On n'est plus du tout dans le débat du traité de Maastricht (pour ou contre la monnaie unique), reconnaît Christian Jacob, le patron des députés UMP. Il faut un méca­nisme de contrôle des budgets nationaux et une convergence de nos politiques fiscales entre pays de la zone euro.» Le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, forme le vœu de «plus d'intégration et de convergence».

Le président UMP de la commission des affaires européennes, Pierre Lequiller, souligne qu'il y a «une marche en avant. L'idée de gouvernance économique était bannie en Allemagne il y a deux ans, celle de convergence fiscale avec la France aussi. Et les Allemands ne voulaient pas non plus du Fonds européen de stabilité financière», rappelle-t-il

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant