L'UMP s'initie au jeu complexe des motions

le
0
Les députés de droite sont parfois désarçonnés par la mise en place des courants et redoutent la division.

Désormais, le PS n'a plus le monopole du jeu compliqué des motions. L'UMP en fait l'apprentissage à l'occasion de son congrès de novembre. Derrière la bataille pour la présidence se profile en effet une autre guerre, celle des motions. Cinq ou six devraient être déposées d'ici le 18 septembre et soumises au vote le 18 novembre, à la condition d'être cosignées par au moins dix parlementaires, dans au moins dix fédérations. Un obstacle somme toute bénin.

Les députés UMP sont de plus en plus nombreux à s'interroger sur le sens de la démarche, d'autant que gaullistes, libéraux et centristes seront éparpillés sur plusieurs motions. «Mon regret, c'est qu'il n'y ait pas une seule motion centriste. L'explosion de notre famille entre six courants différents nous en a empêchés», reconnaît Christian Kert, qui a signé la motion «Humaniste» pilotée par Jean-Pierre Raffarin. Autre signataire de cette motion, Damien Abad met en garde: «Le but n'est pas de construire

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant