L'UMP présente son contre-projet de réforme des retraites

le
8
L'UMP PRÉSENTE SON CONTRE-PROJET DE RÉFORME DES RETRAITES
L'UMP PRÉSENTE SON CONTRE-PROJET DE RÉFORME DES RETRAITES

PARIS (Reuters) - L'UMP, principal parti d'opposition en France, propose de fusionner l'ensemble des régimes de retraites français dans un système à points en dix ans, ce qui s'écarte radicalement des réformes passées et du projet actuel du gouvernement.

Ce contre-projet de réforme présenté mercredi à la presse par le député Hervé Mariton, responsable du programme de l'UMP, et Valérie Debord, son adjointe, servira de base à une convention du parti sur ce thème le 1er octobre.

Il prévoit de porter à 44 ans en 2023 la durée de cotisation et de repousser en même temps à 65 ans au lieu de 62 aujourd'hui l'âge légal de départ à la retraite. L'âge de départ sans décote serait en revanche maintenu à 67 ans.

La réforme du gouvernement de gauche actuel prévoit un allongement de la durée de cotisation dans le secteur privé comme dans la fonction publique à 43 ans à l'horizon 2035, ainsi qu'une augmentation de 0,3 point en quatre ans des cotisations salariales et patronales dans tous les régimes.

Ce projet, qui sera examiné en conseil des ministres le 18 septembre, ne touche en revanche ni au calcul des pensions dans la fonction publique, ni aux régimes spéciaux, ni à l'âge légal.

Hervé Mariton a dénoncé une "non-réforme" fondée sur des hypothèses économiques "extrêmement fragiles" et "gravement irresponsable", qui, selon lui "ne règle rien".

FUSION ET RETRAITE À POINTS

"Nous voulons en finir avec les disparités entre les différents régimes du privé, du public et les régimes spéciaux", a pour sa part dit Valérie Debord. "Nous proposons d'accélérer l'alignement des taux de cotisations (...) en 2020 pour le public et 2026 pour les régimes spéciaux."

"Cette convergence permettra de fusionner l'ensemble des régimes pour que tous les salariés bénéficient des mêmes droits à l'horizon 2023", a-t-elle ajouté.

L'UMP propose de soumettre les hypothèses économiques sur lesquelles reposera le pilotage des retraites au Haut conseil des finances publiques pour dissuader le gouvernement de masquer des déficits par des anticipations trop optimistes, a-t-elle précisé.

Enfin, pour assurer la durabilité de la réforme, l'UMP propose dans un document de mettre en place un mécanisme d'ajustement automatique reposant sur l'espérance de vie, l'âge effectif de départ en retraite et le niveau des pensions.

"Il s'agit de mettre en place le système par points dans lequel chacun est libre, informé et responsable des droits qu'il s'ouvre, en fonction des cotisations versées et des années de cotisation", lit-on dans ce document.

"La retraite par points, nous la voyons dans dix ans", a précisé Hervé Mariton.

Selon lui, l'accélération de l'allongement de la durée de cotisation, le report de l'âge légal et la convergence vers un régime unique permettront assez d'économies pour combler un besoin de financement de 20 milliards d'euros, sans recourir à une hausse des cotisations ou à une baisse des pensions.

"On peut ne jouer que sur le curseur de l'âge avec une pente assez exigeante. C'est le choix politique que nous proposons", a fait valoir le député.

Emmanuel Jarry, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3365316 le mercredi 11 sept 2013 à 17:37

    surtout, venez aux prochaines élections avec ce programme; il n'y aura pas de malentendu ; on saura bien qu'il vaut mieux cre.ver avant d aller en retraite! ou alors trouver un boulot comme ceux quifréquente ce forum ; cest a dire peinard

  • M3493130 le mercredi 11 sept 2013 à 17:07

    suite, mécanismes qui créent des différences mal comprises.Un fonctionnaire n'a pas eu les mêmes traitement qu'une personne de même niveau dans le privé et a du faire de nombreuses et coûteuse mutations. Pas de chômage non plus et obligation de rejoindre son poste. Cela se retrouve à la retraite et c'est plutôt compréhensible.

  • M3493130 le mercredi 11 sept 2013 à 17:04

    Pourquoi renvoyer si loin? Les réformes moins douloureuses pour l'an prochain et tous les nouveaux contrats.Retraite à points, à la carte etc oui car on est libre. Si on ne veut que 60% de son dernier salaire pourquoi obliger à travailler? Il y a bien des gens qui arrêtent après 15 ans de carrière. Regardez les réformes dans les autres pays, c'est à effet immédiat. Que savons nous de 2035? S'il faut changer, changeons le plus tôt possible ayons ce courage en bien expliquant les enjeux et les méc

  • a.lauver le mercredi 11 sept 2013 à 16:55

    M7147238 Parce que sinon toute la gauche est dans la rue à pleurer et bloquer le pays, vous le premier!

  • neutro le mercredi 11 sept 2013 à 16:28

    @M7147238: la droite a fait jusque maintenant TOUTES les réformes des retraites (partielles, il est vrai), la gauche elle n´a fait que la catastrophique réforme de Mitterand. Et si la droite n´a pas pu faire plus, c´est la gauche avec sa démagogie et son aveuglement, qui ne l´a pas permis

  • M7147238 le mercredi 11 sept 2013 à 16:16

    Des hypocrites et des couards ces messieurs de l'ump. Facile quand on est dans l'opposition, mais pourquoi ne l'ont-ils pas fait entre 2002 et 2012....Pour renforcer leur crédibilté qu'ils continuent .......

  • faf07 le mercredi 11 sept 2013 à 16:16

    La première chose à faire serait me semble-t-il de supprimer tous, vraiment tous, ces régimes spéciaux ...

  • bstefank le mercredi 11 sept 2013 à 16:08

    C'est bien de reconnaître implicitement que la proposition de F. Bayrou depuis 2007 était sensée. Dommage que la droite s'en aperçoive un peu tard...

Partenaires Taux