L'UMP paie ses divisions au prix fort

le
0
Des candidats dissidents ont souvent été élus au détriment de ceux du parti présidentiel

«Nous n'allons pas vous dire que nous avons gagné, puisque nous venons de perdre !» : Jean-Claude Gaudin, président du groupe UMP du Sénat, était passablement énervé, dimanche soir, au moment de reconnaître la défaite de la droite. Une défaite historique, en gros et dans le détail. Non seulement la gauche remporte la majorité absolue au Sénat, mais les listes investies par l'UMP essuient des revers cuisants dans des départements qui, de mémoire de grand électeur, ont toujours voté à droite. Les cas du Loiret et du Morbihan sont à cet égard exemplaires : les sortants socialistes Jean-Pierre Sueur et Odette Herviaux y ont été réélus dimanche au premier tour, malgré un passage du scrutin proportionnel au scrutin majoritaire qui aurait dû profiter à l'UMP, selon ses dirigeants.

Dans le Morbihan, département à scrutin majoritaire, l'échec de la droite est aussi une défaite personnelle pour François Goulard. L'ex-maire de Vannes, qui s'était é

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant