L'UMP minimise l'ampleur de sa défaite

le
0
François Fillon et Jean-François Copé ont admis que le score du FN pose problème.

Les quelque 20,3% des suffrages obtenus dimanche soir par l'UMP, soit à peine deux points de plus que ses 16,97% de dimanche dernier, marquent l'échec des appels à la mobilisation de l'entre-deux-tours. Seule consolation: le Val-d'Oise, ancien fief électoral de Dominique Strauss-Kahn, a basculé à droite. En 2004, élections de référence puisqu'elles se déroulaient dans les mêmes cantons, l'UMP avait obtenu 27,22% des voix. «Dans un contexte rendu très difficile par deux années de crise, les candidats de la droite et du centre ont bien résisté» , a néanmoins estimé François Fillon. Jean-François Copé a affirmé lui aussi que la majorité avait «enrayé la progression de la gauche», en faisant référence à un espoir de gain de «huit à dix départements» qu'aurait formulé la première secrétaire Martine Aubry.

S'agissant du FN, les deux hommes ont eu, en revanche, des accents d'inquiétude qui sonnaient vrai. «Le score du Front national démontre que le vote

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant