L'UMP met en doute la légalité des primaires du PS

le
0
Alors que Jean-François Copé dénonce un «fichage» des électeurs, le PS assure avoir examiné tous les points litigieux avec les autorités compétentes.

Soucieux de tourner au plus vite la page du débat sur la laïcité, Jean-François Copé a allumé un contrefeu en s'attaquant aux primaires du parti socialiste. Le secrétaire général de l'UMP s'est dit «troublé» sur deux points de l'organisation du scrutin : le recours à des fichiers électoraux publics susceptibles selon lui d'être réutilisés à d'autres fins et «le caractère censitaire de cette élection, puisqu'il faut payer» pour y participer. Même si la somme évoquée par le PS, un euro, est modique, le patron du parti majoritaire y voit «un côté monarchie de juillet».

Les primaires sont ouvertes à tous les sympathisants de gauche qui devront s'acquitter d'un euro et signer une déclaration d'adhésion aux valeurs de la gauche. «Cela revient à dire que le PS va bénéficier des fichiers électoraux de toutes les mairies pour se constituer au final un fichier de militants. Compte tenu de l'histoire de notre pays, cette notion de fichage est extrêmement pré...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant