L'UMP mène la fronde contre les rythmes scolaires

le
0
Jean-François Copé a fait de la réforme voulue par le ministre de l'éducation, Vincent Peillon, son cheval de bataille pour les municipales de mars prochain.

En 2008, en plein débat sur le service minimum d'accueil dans les écoles, Nicolas Sarkozy et François Fillon avaient essuyé la colère d'une partie des maires réunis en congrès porte de Versailles. Le premier ministre avait même été interrompu à plusieurs reprises par les sifflets des édiles mécontents. L'année suivante, le président de la République avait fait faux bond au rendez-vous annuel de l'Association des maires de France (AMF).

À l'UMP, on n'a rien oublié de cette fronde des élus locaux envers l'exécutif. Rue de Vaugirard, au siège du parti, l'intention est de transformer le Congrès des maires en manifestation du ras-le-bol des élus vis-à-vis de la majorité de gauche. Dans le viseur, cette fois-ci, la réforme des rythmes scolaires pilotée par le ministre de l'Éducation, Vincent Peillon, don...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant