L'UMP ironise sur les «revirements» présidentiels

le
1
les responsables de l'UMP fustigent les décisions du chef de l'État.

L'injonction de François Fillon, sommant François Hollande de renoncer à «des engagements qui ne tiennent pas compte de la réalité», jeudi, dans Le Figaro, a-t-elle été entendue par le chef de l'État? Dans le domaine fiscal, peut-être, si l'on en juge par les incertitudes qui planent sur les conditions de mise en œuvre de la contribution exceptionnelle de 75 % sur les très hauts revenus. C'est en tout cas ce que veulent croire les responsables de l'UMP.

Vendredi, devant quelques journalistes, Jean-François Copé a jugé que l'abandon au moins partiel de cette promesse, «pathétique de bêtise», était inévitable. «C'était une promesse de campagne pour flatter le sens de l'"égalitarité" français, a expliqué de son côté Gilles Carrez. Taxer les riches, c'est toujours populaire!»

Le président UMP de la commission des finances de l'Assemblée a rappelé qu'à l'époque où le candidat Hollande avait pris cet engagement, «les experts, à commence

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • speedy36 le samedi 8 sept 2012 à 14:24

    c'est vrai quand son temps l'UMP a toujours eu une conduite.... droite !!!!