L'UMP investit un candidat face à Bayrou aux législatives

le
2
L'UMP investit un candidat face à Bayrou aux législatives
L'UMP investit un candidat face à Bayrou aux législatives

PARIS (Reuters) - L'UMP a investi mercredi un de ses responsables locaux, Eric Saubatte, pour affronter le président du MoDem François Bayrou dans la deuxième circonscription des Pyrénées-Atlantiques aux élections législatives des 10 et 17 juin, a-t-on appris de sources proches du parti.

La commission des investitures de l'UMP, réunie pour examiner le cas d'une vingtaine de circonscriptions, dont certaines avaient été réservées à des alliés potentiels du parti, a également choisi de présenter un candidat face à l'autre député MoDem, Jean Lassalle, élu lui aussi dans les Pyrénées-Atlantiques.

L'UMP avait décidé en janvier, "par élégance", de réserver des investitures dans certaines circonscriptions, dont celles de François Bayrou et Jean Lassalle.

Après l'annonce par le président du MoDem de son vote "à titre personnel" pour François Hollande au second tour de la présidentielle, le secrétaire général de la formation, Jean-François Copé, avait indiqué lundi qu'il y aurait un candidat UMP face à lui.

Le nom du président du mouvement Chasse, pêche, nature et traditions, Frédéric Nihous, qui avait participé à la campagne de Nicolas Sarkozy, a circulé un temps mercredi pour occuper ce poste.

C'est finalement un responsable local de l'UMP qui a été désigné, avec pour instruction de se maintenir au deuxième tour s'il en a la possibilité, ce qui contraindrait François Bayrou à une triangulaire, a indiqué une des sources proches de l'UMP.

CANDIDATURES DISSIDENTES

Jean Lassalle aura pour sa part face à lui un autre responsable local de l'UMP, Marc Oxibar. Mais le député béarnais n'ayant pas appelé à voter François Hollande, son adversaire se désistera automatiquement en sa faveur, même s'il dépassait les 12,5% d'électeurs inscrits.

Le cas du député de l'Essonne Nicolas Dupont-Aignan, ancien de l'UMP qui s'est présenté à la présidentielle, où il a recueilli 1,8% des voix, n'a pas été évoqué mercredi. Des voix se sont pourtant élevées au sein du parti pour qu'un candidat soit présenté contre lui.

Toujours selon une des sources proches de l'UMP, la commission des investitures n'a pas discuté non plus le sort de l'ancienne ministre de la Justice Rachida Dati, qui a longtemps contesté l'investiture du Premier ministre François Fillon dans la deuxième circonscription de Paris.

S'exprimant lundi à l'issue d'un bureau politique de l'UMP, elle avait confirmé sa candidature aux législatives, sans préciser où elle se présenterait.

Lors de la réunion de mercredi, le député-maire du XVIe arrondissement, Claude Goasguen, a réclamé que les cas de candidatures dissidentes à Paris "soient réglés le plus vite possible". Mais il faisait allusion à celle de David Alphand, qui se présente contre lui, plutôt qu'à Rachida Dati.

La commission des investitures a enfin évoqué une possible investiture d'Henri Guaino, le conseiller de Nicolas Sarkozy, qui vient de faire acte de candidature dans la 3e circonscription des Yvelines, détenue jusqu'ici par le Nouveau centre Christian Blanc.

L'intéressé s'est refusé à confirmer l'information, déclarant à Reuters qu'il n'avait pas "l'habitude d'alimenter les rumeurs".

Yann Le Guernigou, avec Emmanuel Jarry

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • baljo le mercredi 9 mai 2012 à 21:59

    la marine ,elle se marre à observer les crabes.

  • 2445joye le mercredi 9 mai 2012 à 21:30

    Pour quelqu'un qui avait fait de l'union son slogan de campagne, il se retrouve bien isolé. Pas très perspicace ce coup-ci, le Béarnais.