L'UMP fait bloc autour de Nicolas Sarkozy

le
4
L'UMP CRITIQUE LA MISE EN EXAMEN DE NICOLAS SARKOZY
L'UMP CRITIQUE LA MISE EN EXAMEN DE NICOLAS SARKOZY

PARIS (Reuters) - L'UMP fait bloc vendredi autour de Nicolas Sarkozy et critique la mise en examen de l'ancien chef de l'Etat pour "abus de faiblesse" dans l'affaire Bettencourt.

L'ancien chef de l'Etat s'estime scandaleusement traité, a déclaré sur RTL son avocat, Me Thierry Herzog, qui demande la nullité de la décision prise jeudi par juge de Bordeaux Jean-Michel Gentil.

Une mise en examen dont le président de l'UMP a dit sur France 2 ne pas comprendre les motivations.

Nicolas Sarkozy "est lui-même dans le même état d'esprit d'incompréhension", a ajouté Jean-François Copé, qui a eu l'ex-chef de l'Etat au téléphone jeudi soir.

Me Herzog a jugé "incohérente sur le plan juridique" et "injuste" cette décision dans un dossier portant sur un éventuel financement illégal de la campagne présidentielle de 2007.

Il a assisté jeudi à la confrontation entre Nicolas Sarkozy et quatre témoins, dont l'ancien majordome de la milliardaire Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal.

"M. Nicolas Sarkozy est toujours combatif mais dans le même temps il a considéré que le traitement qui lui était infligé était scandaleux", a déclaré l'avocat sur RTL.

Thierry Herzog, pour qui cette affaire n'est pas instruite à charge et à décharge, veut saisir la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux d'un recours en annulation.

Dirigeants de l'UMP, anciens membres du gouvernement ou proches de Nicolas Sarkozy se sont engouffrés dans la brèche.

Son ancien conseiller spécial, Henri Guaino, a ainsi reproché au juge Gentil de "déshonorer la justice" par ses "accusations grotesques" : "Cette décision est extravagante, honteuse (...) Cette mise en examen est insultante, salissante", a-t-il déclaré sur i>TELE. "Le juge Gentil devrait venir devant les Français pour expliquer sa décision."

"ACHARNEMENT"

"C'est complètement infamant !" a renchéri l'ancien secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant sur la même chaîne. "Enfin, qui imagine que Nicolas Sarkozy profite de la faiblesse d'une vieille dame pour lui soutirer de l'argent ?"

Le président de l'Association des amis de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, dénonce pour sa part une mise en examen "bien à propos" au moment où il dit enregistrer dans l'opinion un regain de faveur pour l'ex-chef de l'Etat battu en 2012.

"Comment ne pas y voir l'acharnement de quelques-uns (...) ? Comment ne pas s'étonner d'un traitement aussi exceptionnel et exclusivement à charge ?" écrit-il sur le site de l'association.

La gauche, sonnée mardi par la démission du ministre socialiste du Budget Jérôme Cahuzac à la suite de l'ouverture d'une information judiciaire, notamment pour blanchiment de fraude fiscal, redresse un peu la tête.

"Il faut évidemment respecter la présomption d'innocence mais il faut aussi que la justice aille jusqu'au bout, parce que si les faits qui sont reprochés à M. Sarkozy étaient confirmés (...) ils seraient d'une exceptionnelle gravité", a ainsi dit le premier secrétaire du Parti socialiste sur Canal+.

Et Harlem Désir de mettre en garde la droite contre la tentation de faire pression sur la justice.

La ministre écologiste du Logement, Cécile Duflot, a pour sa part jugé "normale" la mise en examen de l'ancien président.

"La justice fait son travail et elle fait son travail librement", a-t-elle dit sur BFM-TV et RMC. "Et moi les cris d'orfraie de M. Guéant, de M. Guaino ce matin m'inquiètent un peu sur leur conception de la justice."

QUEL AVENIR POUR SARKOZY ?

Jean-François Copé a invité la gauche et le gouvernement à faire "preuve d'un tout petit peu plus de retenue".

Les proches de Nicolas Sarkozy récusent l'idée que sa mise en examen sonne définitivement la fin de sa carrière politique et de toute velléité de briguer de nouveau l'Elysée en 2017.

"Je ne peux accepter l'idée que le juge, quelles que soient ses opinions, ses idées (...) puisse décider du destin politique d'un homme d'Etat", a ainsi déclaré Henri Guaino.

"Il a fait ses preuves, il a présidé d'une façon formidable la République française pendant cinq années et j'espère que très vite il reviendra dans la vie politique, débarrassé de tout cela", a renchéri Claude Guéant.

Quant à l'ancien ministre UMP Laurent Wauquiez, il a estimé sur France Info que la mise en examen de Nicolas Sarkozy ne remettait "évidemment" pas en cause son avenir politique, tout en affirmant ne pas croire aux "hasards de calendrier".

"Le nombre de fois où on a cherché à abattre Nicolas Sarkozy est assez important", a-t-il dit en citant notamment l'affaire des faux listings de la société Clearstream dans lesquels avait été glissé le nom de l'ancien chef de l'Etat. "Je suis convaincu que cette affaire se dégonflera de la même manière."

Emmanuel Jarry et Marc Joanny, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Karama7 le vendredi 22 mar 2013 à 11:43

    Un pour tous , tous pourris . ( Coluche )

  • laeti453 le vendredi 22 mar 2013 à 11:38

    de toute maniere, la prochaine fois, ce sera TSPS

  • laeti453 le vendredi 22 mar 2013 à 11:36

    Ce qui est exagere est insignifiant.

  • laeti453 le vendredi 22 mar 2013 à 11:36

    Evitons d aller trop loin dans les injures.....