"L'UMP est en voie de délitement"

le
0
La bataille pour la présidence de l'UMP de 2012 entre François Fillon et Jean-François Copé a laissé des traces au sein du parti.
La bataille pour la présidence de l'UMP de 2012 entre François Fillon et Jean-François Copé a laissé des traces au sein du parti.

Alors que l'UMP est secouée par une série d'affaires explosives, la politologue et professeur à Sciences Po Florence Haegel* explique pourquoi le parti de droite joue avec le feu et s'expose dangereusement à la corruption. Le Point.fr : Quels enseignements peut-on tirer des turbulences qui secouent la droite depuis plusieurs semaines ? Florence Haegel : Face aux affaires, les ténors UMP ont dénoncé un complot externe, mais cela ne suffit pas à écarter l'hypothèse de fuites internes. On assiste décidément à un délitement de la communauté partisane, c'est-à-dire au développement de la défiance à l'intérieur du parti, alors que l'appartenance à une même famille politique devrait supposer un minimum de loyauté. On se souvient des propos de François Fillon en 2012, lorsqu'il avait dénoncé le fonctionnement mafieux du clan adverse (celui de Jean-François Copé, NDLR). Dernièrement, en réagissant aux accusations formulées contre Jean-François Copé, François Fillon a dit vouloir mettre en cause les responsables, mais après les élections municipales. En creux, il reconnaît donc que ce qui soude l'UMP, c'est surtout l'efficacité électorale de la machine, c'est-à-dire de gagner les élections.

Dans l'affaire Bygmalion, Jean-François Copé est soupçonné d'avoir favorisé une entreprise de communication tenue par ses amis au détriment du parti. Ces révélations ont placé sous la lumière des projecteurs le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant