L'UMP endettée à hauteur de 79,1 millions d'euros fin 2013

le
5
LA DETTE DE L'UMP S'ÉLÈVE À 79,1 MILLIONS D'EUROS FIN 2013
LA DETTE DE L'UMP S'ÉLÈVE À 79,1 MILLIONS D'EUROS FIN 2013

PARIS (Reuters) - L'UMP était endettée à hauteur de 79,1 millions d'euros à la fin de l'année 2013 mais est néanmoins solvable, affichant une trésorerie positive, selon les conclusions d'un audit présentées mardi.

Le financement des pertes accumulées sur les derniers exercices de la première formation d'opposition ont contribué à hauteur d'environ 40 millions d'euros à cette dette, le solde (39,1 millions d'euros) provenant de l'emprunt contracté pour l'achat du siège du parti dans le XVe arrondissement de Paris.

"A fin 2013, les comptes d'ensemble de l'UMP font apparaître une dette financière de l'ordre de 40 millions d'euros, pour ce qui relève essentiellement du financement des pertes sur les exercices antérieurs", disent les conclusions de l'audit mené par le cabinet Advolis.

"En intégrant la dette issue de l'acquisition immobilière, la dette financière se situe à hauteur de 79,1 millions d'euros. Les fonds propres sont négatifs à hauteur de 40 millions d'euros", ajoute l'UMP dans un communiqué.

Ce montant est proche de celui évoqué il y a une dizaine de jours par François Fillon, membre avec Jean-Pierre Raffarin et Alain Juppé du triumvirat des ex-Premiers ministres porté à la tête de l'UMP de après la démission de Jean-François Copé sur fond d'affaire Bygmalion.

L'UMP, qui dit avoir entrepris des économies cette année et présente, selon l'audit, une trésorerie positive à fin juin, espère ramener sa dette à 55 millions d'euros d'ici 2017.

Elle devra pour cela s'imposer une cure d'austérité - sans plan social -, sous le patronage d'un nouveau président qui sera élu à l'automne pour succéder à Jean-François Copé.

Ce dernier a été contraint à la démission après la mise au jour d'un système présumé de fausses factures émises par la société Bygmalion - d'un montant de 11 à 17 millions d'euros selon les sources - durant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 pour couvrir des dépassements de frais.

L'affaire avait conduit l'UMP à repousser jusqu'à la date limite du 30 juin le dépôt de ses comptes annuels certifiés à la Commission des comptes de campagne et des financements politiques, nécessaire pour obtenir quelque 18 millions d'euros de fonds publics.

Pour ramener la dette à 55 millions, l'audit préconise de limiter les dépenses de fonctionnement à 15 millions d'euros par an, soit 20% de moins qu'en 2013, et le coût de "l'animation politique" - meetings et autres - à 19 millions d'euros.

Le parti cherche en outre à renégocier son échéancier bancaire. Une réunion avec plusieurs représentants de banques s'est ainsi tenue mardi en milieu d'après-midi autour de Luc Chatel, secrétaire général de l'UMP qui avait commandité l'audit.

L'audit exclut l'hypothèse d'une cession du siège que certains responsables avaient évoquée mais qui, souligne le texte, "ne serait pas contributive en trésorerie".

(Gregory Blachier, édité par Yann le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1765517 le mercredi 9 juil 2014 à 07:54

    Vite Hollande, levons un emprunt pour bâtir une nouvelle prison, en calculant une capacité suffisante pour vous y inclure dedans ainsi que votre clique !

  • M1765517 le mercredi 9 juil 2014 à 07:52

    changer de nom de changera rien, vous êtes des adeptes du pot de confiture et on vous h ais !

  • finkbro1 le mardi 8 juil 2014 à 20:18

    et après ils veulent nous faire croire que seul eux et les incompétents du ps peuvent prendre les responsabilités dans notre pays, les médias collabo relais leurs soupes qu ils nous vendent h24, et d autres idées, d autres partis, sont complètement passés sous silence. Notre pays n a rien d une démocratie, n en déplaise à certains.

  • LeRaleur le mardi 8 juil 2014 à 20:07

    Z'ont qu'à faire un UMPthon, les bezets vont sûrement donner. Quand on aime on ne compte pas.

  • M3121282 le mardi 8 juil 2014 à 19:56

    bravo Sarkozy, félicitations Cope,Dati Hortefeux, et tous les donneurs de leçons de l'UMP, vous avez ouvert les yeux de beaucoup qui feignaient de ne rien voir depuis de longues années, si cela a pris autant d'ampleur à l'UMP c'est sans doute dû à la qualité des cadres et au fait que la droite est souvent le parti au pouvoir le plus soutenu par le patronat, mais je suis certain que ce pourrait être assez bien dès qu'un parti est installé depuis longtemps au pouvoir, alors vive l alternance.