L'UMP en sursis avec 74,5 millions d'euros de dettes

le
0
L'UMP est en proie à de graves dysfonctionnements financiers.
L'UMP est en proie à de graves dysfonctionnements financiers.

Depuis la défaite à la présidentielle de 2012, l'UMP connaît de graves dysfonctionnements financiers. En poste depuis la mi-juin, la direction provisoire a donc demandé un audit au cabinet Advolis, dont les conclusions lui ont été présentées ce mardi. Le montant de la dette de l'UMP s'élève à 74,5 millions d'euros au 30 juin, contre 78,5 millions d'euros au 31 décembre 2013. Une différence de quatre millions d'euros entre décembre 2013 et juin 2014 qui s'explique par le fait qu'entre-temps l'UMP a remboursé un prêt-bridge aux banques. Mais, dans la mesure où l'UMP aura besoin à l'automne d'un nouveau bridge (entre quatre et six millions d'euros), l'audit du cabinet Advolis prévoit que la dette s'élève de nouveau à 78,5 millions d'euros en décembre 2014. Cette ardoise a été présentée officiellement mardi soir, lors de la réunion d'un bureau politique du parti animé par l'ex-Premier ministre Alain Juppé, selon la règle de la présidence tournante en vigueur. 44 millions d'euros de prêts bancaires La dette colossale du premier parti d'opposition se décompose de la façon suivante : 44 millions d'euros de prêts bancaires (au 30 juin) ; 27,55 millions d'euros d'un emprunt immobilier correspondant à l'achat du siège parisien du parti rue de Vaugirard ; 2,42 millions d'euros prêtés par le groupe parlementaire UMP et enfin un prêt personnel d'une personne physique accordé en 2013 de 500 000 euros. Par ailleurs, le parti a obtenu que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant