L'UMP devient "Les Républicains" après un oui massif des militants

le , mis à jour à 22:03
0

29 mai (Reuters) - Les adhérents de l'UMP se sont prononcés à une écrasante majorité, 83,28% des voix, en faveur du changement d'appellation du parti d'opposition de droite, désormais baptisé "Les Républicains". A la veille du congrès qui doit porter "Les Républicains" sur les fonts baptismaux, Nicolas Sarkozy a lancé en parallèle un appel à "tous les Républicains de France" qui "souffrent de voir la République reculer tous les jours et qui veulent opposer à ce recul un refus déterminé". Les 213.030 adhérents à jour de cotisation au 31 décembre 2014 étaient appelés à voter jeudi et vendredi, par voie électronique, sur cette nouvelle appellation voulue par l'ancien chef de l'Etat pour un nouveau départ de sa formation en vue de l'élection présidentielle de 2017. Selon la Haute autorité de l'UMP, chargée de superviser le scrutin, la participation s'est élevée à 45,74%, en deçà des attentes de la direction du parti. Au total, 97.440 adhérents ont voté. Ils ont approuvé à 83,28% la nouvelle dénomination du parti, 16,72% s'étant prononcés contre. Ils approuvent par ailleurs les nouveaux statuts du parti à 96,34% (3,66% contre) et la composition du nouveau bureau politique à 94,77% (5,23% contre). Ce résultat a valeur de plébiscite pour Nicolas Sarkozy qui avait été porté à la tête de l'ex-UMP avec 64,5% des voix le 29 novembre dernier. Dans son appel, publié sur le tout nouveau site www.republicains.fr, et dont la mise en page rappelle un ordre de mobilisation militaire, le président des "Républicains" lance un appel au rassemblement par-delà le clivage gauche-droite. "Nous appelons à s'unir à nous tous les Républicains qui ont dans leur coeur l'amour d'un pays dont l'idéal a transformé le monde", écrit l'ancien chef de l'Etat. "'Républicains', ce n'est pas seulement le nouveau nom d'un parti. C'est le cri de ralliement de toutes celles et de tous ceux qui souffrent de voir la République reculer tous les jours et qui veulent opposer à ce recul un refus déterminé », poursuit-il. "'Républicains', c'est le nom de celles et de ceux qui refusent d'abandonner à d'autres la maîtrise de leur propre destin, et qui veulent vivre debout, de leur intelligence, de leur travail, de leur mérite sans être redevable à personne", ajoute-t-il en fustigeant "l'enfermement communautariste", "la guerre des origines et des mémoires", "la barbarie et la sauvagerie". (Sophie Louet, édité par Tangi Salaün) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant