L'UMP dénonce un «harcèlement» contre Nicolas Sarkozy

le
86
L'UMP dénonce un «harcèlement» contre Nicolas Sarkozy
L'UMP dénonce un «harcèlement» contre Nicolas Sarkozy

Rude semaine pour Nicolas Sarkozy. Après les enregistrements de son ancien conseiller Patrick Buisson, l'ex-chef de l'Etat se retrouve au centre d'une nouvelle affaire judiciaire révélée vendredi par Le Monde. L'ancien président est placé sur écoute téléphonique depuis plusieurs mois dans le cadre d'une enquête pour «corruption» et «trafic d'influence». «C'est grave, très grave (...) Ce ne sont pas des méthodes normales », a-t-il confié, «sidéré», à un de ses amis, selon «le Parisien». Alors que des avocats dénoncent aussi des «atteintes graves» au secret professionnel, Claude Bartolone, le président socialiste de l'Assemblée nationale, défend ce dimanche la légitimité la procédure. A droite, l'UMP monte au créneau et dénonce un acharnement contre l'ancien président.

Claude Bartolone : «Il faut que la justice passe.» Invité du Grand Rendez-Vous Europe 1 - «le Monde» - iTélé, le président de l'Assemblée nationale ne voit pas d'inconvénient à ce qu'un avocat soit mis sur écoute. «Il est prévu que si on a un doute sur un avocat, on peut l'écouter». rappelle-t-il. Thierry Herzog, avocat de Nicolas Sarkozy, a également été enregistré, soupçonné d'avoir obtenu des informations confidentielles sur le déroulé de la procédure judiciaire dans l'affaire Bettencourt via un proche, Gilbert Azibert, avocat général à la Cour de cassation. «La seule chose que doit faire la justice si un avocat doit être écouté, c'est de prévenir son bâtonnier», ajoute-t-il. «S'il y a réellement eu des pressions sur des magistrats, si on a réellement voulu avoir des informations sur des procédures en cours pour éviter le glaive de la justice, ça mérite qu'il puisse y avoir des décisions juridiques.» Et ce, «quel que soit le rôle, quel que soit le rang que l'on peut avoir dans la société française. (...) Pour M. Sarkozy,  ancien président de la République, comme pour tout le monde» estime ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • isacarno le lundi 10 mar 2014 à 20:19

    Une retraite fortunée. Chaque Rat rentre dans son trou ,Et si quelqu'un en sort, gare encor le Matou

  • isacarno le lundi 10 mar 2014 à 20:18

    Chacun met dans son sac un morceau de fromage , Chacun promet enfin de risquer le paquet. Ils allaient tous comme à la fête,L'esprit content, le coeur joyeux. Cependant le Chat, plus fin qu'eux , Tenait déjà la Souris par la tête. Ils s'avancèrent à grands pas. Pour secourir leur bonne Amie. Mais le Chat, qui n'en démord pas, Gronde et marche au-devant de la troupe ennemie. A ce bruit, nos très prudents Rats, Craignant mauvaise destinée, Font, sans pousser plus loin leur prétendu fracas, Une ret

  • perkele le lundi 10 mar 2014 à 20:03

    la justice a souvent tendance à harceler les multirecidivistes

  • psdi le lundi 10 mar 2014 à 19:53

    Je profite de pose : Le Pen: Taubira "n'a pas la formation" pour être ministre de la Justice. Nous en retour on trouve que made Le pen n'est pas compétente pour être ....... Maire d'une ville.

  • isacarno le lundi 10 mar 2014 à 19:46

    pas ...rité ...risée à lumpé

  • fgino le lundi 10 mar 2014 à 19:38

    Plus SARKOZY incarne l'espoir de tous et plus il est la cible exclusive de quelques uns !! c'est là la médiocrité d'un gvt d'incapables...

  • fgino le lundi 10 mar 2014 à 19:33

    et si on parlait chomage, pouvoir d'achat, insécurité etc etc !!

  • fgino le lundi 10 mar 2014 à 19:32

    quand on ne sait pas gouverner , on vide les poubelles !

  • isacarno le lundi 10 mar 2014 à 19:23

    ah l'espoir de son clan! jupé copé fillon lemaire voquiez et autres bertrand prêts à prendre sa place des partisans enquelque sorte et ils vont chanter à lumpé

  • psdi le lundi 10 mar 2014 à 19:16

    Me Thierry Herzog, ami de Nicolas Sarkozy depuis près de 35 ans, a livré une lourde charge contre Patrick Buisson, proche conseiller pendant son quinquennat. Les gens qui nous donnent leur pleine confiance croient par là avoir un droit sur la nôtre. C'est une erreur de raisonnement ; des dons ne sauraient donner un droit