L'UMP appelle ses troupes à la cohésion

le
0
Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé contestent toute « tentation » d'un rapprochement avec le FN.

À une semaine du second tour, le silence dans les rangs majoritaires est plus que jamais de rigueur. Nicolas Sarkozy s'est personnellement employé à faire taire les critiques sur sa stratégie dimanche, sur Canal +: «Il n'y a jamais eu depuis trente-cinq ans que je suis dans la vie politique et depuis le début des années 1980, où Jean-Marie Le Pen est arrivé dans le paysage politique, la tentation, l'idée ou la tentative d'un quelconque accord avec le Front national», a affirmé le président-candidat. Comme on lui demandait si «la famille Le Pen fait partie de la famille de la droite républicaine et du centre», il a répondu «non», en ajoutant: «Il n'y aura pas de ministre du Front national, il n'y aura pas d'accord avec le Front national, ils ne seront pas dans la majorité.»

Nicolas Sarkozy ne veut pas entendre les voix discordantes dans la majorité sortante. Interrogé sur l'interview de Jean-Pierre Raffarin au Monde daté de vendredi, le candidat UMP a assuré que

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant