L'ultime quête de Tony Parker

le , mis à jour à 06:31
0
L'ultime quête de Tony Parker
L'ultime quête de Tony Parker

C’est parti. La chasse aux médailles est lancée à Rio. Depuis 1988, la France a toujours débloqué son compteur lors des premières 48 heures. De la nageuse Catherine Plewinski (bronze à Séoul) à la judokate Frédérique Jossinet (argent en 2008), les femmes ont souvent montré la voie. A Londres, il y a quatre ans, la tireuse Céline Goberville avait dégainé au 2e jour de compétition. Au cycliste Julian Alaphilippe, à l’épéiste Lauren Rembi ou au judoka Walide Khyar d’être plus prompts dès aujourd’hui.

 

19 H 15

 

Il a donc déjà imaginé l'adieu idéal : le 21 août, en finale des JO contre les invincibles Américains et ses copains de la NBA qui le considèrent comme leur égal. Ensuite, le plus grand basketteur français de tous les temps, 34 ans et papa pour la deuxième fois depuis une semaine d'un petit Liam, ne portera plus le maillot bleu. « L'équipe de France, c'est comme une histoire d'amour. Quand ce sera fini, elle me manquera. Ça me fera bizarre les premiers étés, quand il ne faudra plus revenir. Mais je serai toujours le plus fervent supporteur des Bleus. »

 

Tony Parker, champion de France en tant que président avec l'Asvel, tourne une sacrée page de sa jeune existence avec, pour le moment, une émotion bien maîtrisée. « J'ai donné beaucoup de ma vie aux Bleus. Ma vie a commencé avec l'équipe de France, celle des cadets à l'époque. Après, tous les ans j'étais là pour essayer d'amener le basket français le plus haut possible. » Après quelques moments de gloire et beaucoup de galères, des campagnes qui l'ont conduit jusque dans les coins les plus improbables du continent, TP y est parvenu il y a trois ans en Slovénie en remportant le Championnat d'Europe, sommet d'une carrière qui affiche aujourd'hui 175 sélections : « Je n'ai aucun regret avec l'équipe de France. Le seul que j'aurais pu avoir, c'est si je n'avais jamais rien gagné. Ça m'aurait hanté longtemps après ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant