L'ultimatum des islamistes aux chrétiens du Nigeria

le
0
La secte Boko Haram, qui a frappé plusieurs églises le soir de Noël, leur donne trois jours pour quitter le nord du pays.

La peur d'une guerre de religion au Nigeria s'accentue. Tout le week-end le ton est dangereusement monté. Mis sous pression pour mettre fin au cycle d'attaques et de représailles entre communautés chrétiennes et musulmanes qui ensanglante le nord du pays, le président Goodluck Jonathan a réagi, décrétant dimanche l'état d'urgence dans les zones touchées par les violences. Dans son discours, le chef de l'État a juré «d'écraser»Boko Haram, un groupe islamiste à l'origine d'attentats contre des églises qui ont fait plus de 50 morts le soir de Noël. Abou Qaqa, un porte-parole de la secte, a répliqué, fixant un ultimatum de trois jours aux chrétiens pour quitter le nord du pays et promettant d'affronter l'armée.

Lundi, dans la matinée, des militaires appuyés par des blindés patrouillaient dans les rues de Maiduguri, capitale de l'État de Borno et berceau de Boko Haram. «Nous redoutons ce qui pourrait arriver», a confié à Reuters un habitant de la ville Buda Gudu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant