L'ultimatum de Pascal Durand pourrait lui coûter sa place à la tête des Verts

le
0
Samedi dernier, le patron d'Europe Écologie-Les Verts avait donné six jours au gouvernement pour s'engager dans la transition énergétique. Une méthode critiquée à deux mois du congrès du parti écologiste.

Difficile de croire que l'offensive n'a pas été concertée. Invités des matinales, jeudi, les leaders écologistes à l'Assemblée nationale et au Sénat Barbara Pompili et Jean-Vincent Placé ont tour à tour critiqué l'ultimatum posé par le patron d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) au gouvernement. Samedi dernier, lors d'un conseil fédéral organisé après trois jours de tensions entre écologistes et socialistes sur la fiscalité verte et la taxation du diesel, Pascal Durand avait accordé six jours au gouvernement pour s'engager concrètement dans la transition écologique. «Je ne serai pas le secrétaire national des renoncements écologiques», avait-il prévenu, laissant planer la menace d'une hypothétique démission.

«Ce n'était pas approprié, ni équilibré», a lâc...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant