L'Ukraine remporte le concours de l'Eurovision de la chanson

le , mis à jour à 05:24
0
 (Actualisé avec citations de Jamala, UER, candidat russe) 
    par Daniel Dickson et Martin Lindstam 
    STOCKHOLM, 14 mai (Reuters) - La candidate ukrainienne 
Jamala a remporté samedi le 61e concours de l'Eurovision, avec 
sa chanson "1944" sur la déportation des Tatars de Crimée par 
l'Union soviétique, une victoire surprise susceptible de créer 
la controverse. 
    Dans la chanson qu'elle a composée, l'interprète tatare âgée 
de 32 ans évoque l'histoire d'étrangers venus "tous vous tuer", 
alors que "nous ne sommes pas coupables". Pour justifier leur 
déportation vers l'Asie centrale pendant la Seconde Guerre 
mondiale, Joseph Staline a accusé les Tatars, qui sont de 
confession musulmane, de collaboration avec le régime nazi. 
    Seule sur scène, devant un fond rouge sang, Jamala a chanté 
"vous pensez être des dieux". Elle a expliqué que son 
arrière-grand-mère faisait partie de ces 200.000 Tatars de 
Crimée déportés par Staline et dont beaucoup sont morts en exil. 
    Jamala, qui a souhaité "la paix et l'amour pour tous" en 
recevant son trophée, est ensuite apparue très émue, au bord des 
larmes, lors d'une conférence de presse où elle a évoqué son 
aïeule. 
    "Je préférerais que toutes ces choses terribles ne soient 
pas arrivées à mon arrière grand-mère et je préférerais même que 
cette chanson n'existe pas", a-t-elle dit. 
    La Russie est arrivée troisième, derrière l'Australie, 
invitée pour la deuxième fois au concours européen. La France, 
représentée par le chanteur franco-israélien Amir, a fini 
sixième. 
    Le candidat russe Sergueï Lazarev a minimisé les 
implications politiques de la victoire de l'Ukraine.  
    "J'essaie de penser qu'il ne s'agit que de musique, et pas 
de politique. Nous sommes à un concours de chansons, pas un 
concours politique", a-t-il dit à l'issue du palmarès. 
     
    UN FAIT HISTORIQUE 
    Les paris anticipaient un gagnant russe, suivi de 
l'Australie et de l'Ukraine. L'année dernière, le pays en plein 
conflit dans sa partie orientale avait décidé de ne pas 
participer. 
    Il est en théorie interdit de présenter à l'Eurovision des 
chansons engagées, mais l'entrée de Jamala a rendu cette règle 
pratiquement obsolète. 
    L'organisateur de l'événement, l'Union européenne de 
radio-télévision (UER), a dit que la proposition ukrainienne ne 
contenait pas de message politique et ne contrevenait donc pas 
au règlement. 
    "La chanson fait référence à un fait historique et Jamala 
parle d'une histoire qui est arrivée dans sa famille", a déclaré 
à Reuters la directrice de l'UER après le spectacle, expliquant 
que le texte évoquait les événements de 1944, et non des 
épisodes plus récents.  
    La Crimée a été annexée par la Russie de Vladimir Poutine en 
mars 2014. Les Tatars s'y sont opposés.  
    Samedi, à l'intérieur du stade où se déroulait l'événement 
sous les vivats d'un public enthousiaste, les gagnants de 
l'année dernière, Mans Zelmerlow et Petra Mede, ont introduit 
une note de solennité vers la fin de la compétition. 
    "Cette compétition a été créée en 1956 pour unir un 
continent déchiré par la guerre et aujourd'hui l'Europe fait 
face une nouvelle fois à une période plus sombre. Cela nous 
rappelle à quel point cette soirée est importante", a dit Mans 
Zelmerlow. 
    Petra Mede a poursuivi: "Car ce soir, nous mettons les 
différences que nous pouvons avoir de côté et nous nous unissons 
par notre amour de la musique." 
    Diffusée cette année pour la première fois aux Etats-Unis et 
en Chine, l'émission devait rassembler plus de 200 millions de 
téléspectateurs, selon les organisateurs. 
    Le concours de l'Eurovision 2017 aura lieu l'année prochaine 
à Kiev. 
 
 (Julie Carriat pour le service français, édité par Danielle 
Rouquié) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant