L'Ukraine proclame un cessez-le-feu d'une semaine dans l'Est

le
0
L'Ukraine proclame un cessez-le-feu d'une semaine dans l'Est
L'Ukraine proclame un cessez-le-feu d'une semaine dans l'Est

Le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré ce vendredi un cessez-le-feu d'une semaine pour permettre aux rebelles prorusses de déposer les armes et lancer un plan de paix, mais cette initiative a été dénoncée par Moscou et par les séparatistes.

«Une première analyse montre malheureusement que ce n'est pas une invitation à la paix et à des négociations, mais un ultimatum adressé aux insurgés du Sud-Est de l'Ukraine pour qu'ils déposent leurs armes», a réagi le service de presse du Kremlin.

Le président américain Barack Obama et son homologue français François Hollande ont par ailleurs brandi la menace de «nouvelles mesures contre la Russie» faute de désescalade en Ukraine. Plus tôt, les Etats-Unis ont averti qu'ils n'accepteraient ni la présence ni l'intervention de troupes russes dans l'est de l'Ukraine, alors que plusieurs responsables occidentaux se sont inquiétés d'un renforcement des troupes russes à la frontière.

Lancer le processus de désarmement

Le président pro-occidental Porochenko a annoncé l'instauration d'un cessez-le-feu à Slovianogirsk, à une trentaine de kilomètres des foyers de combats dans la région de Slaviansk, au cours de sa première visite dans l'Est depuis son investiture le 7 juin. «Aujourd'hui, 20 juin, le cessez-le-feu entrera en vigueur. Il durera jusqu'au 27 juin", a proclamé Petro Porochenko. Ce cessez-le-feu provisoire a pris effet à 22 heures (heure locale).

«C'est plus que suffisant pour lancer le processus de désarmement, commencer à mettre en place une zone tampon le long de la frontière entre la Russie et l'Ukraine», a-t-il ajouté, évoquant deux des mesures de son plan de paix. Le cessez-le-feu «ne signifie pas que nous ne répondrons pas en cas d'agression contre nos troupes», a précisé la présidence.

Un chef rebelle a rejeté les conditions du processus de paix. «Personne ne déposera les armes tant qu'il n'y aura pas de retrait complet des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant