L'Ukraine inspecte le convoi d'aide humanitaire russe

le
3

(Actualisé avec inspection du chargement, réaction aux incursions russes) par Dmitry Madorsky et Maxim Shemetov KAMENSK-CHAKHTINSKI, Russie, 15 août (Reuters) - Les garde-frontières ukrainiens ont commencé à inspecter le chargement du convoi d'aide humanitaire russe destiné à la population civile de l'est de l'Ukraine, a annoncé vendredi l'armée ukrainienne, alors que la Russie a massé des véhicules blindés près de la frontière. Kiev et les pays occidentaux soupçonnent Moscou de préparer sous couvert d'une mission humanitaire une incursion militaire dans l'est de l'Ukraine, où de violents combats opposent l'armée ukrainienne aux séparatistes pro-russes. La Russie a fermement démenti. Selon Moscou, les 280 camions arrivés jeudi à Kamensk-Chakhtinski, à une vingtaine de kilomètres de la frontière, transportent notamment 2.000 tonnes d'eau et de la nourriture pour bébés destinés aux habitants de Donetsk et Louhansk piégés par les combats. Un porte-parole de l'armée ukrainienne a indiqué qu'un "grand nombre" de garde-frontières se sont rendus en Russie pour inspecter le chargement qui devrait être distribué en Ukraine par la Croix-Rouge. "De nombreux garde-frontières sont sur place", a déclaré à Reuters Andriy Demtchenko, précisant que l'inspection se déroule du côté russe de la frontière, en face de la ville ukrainienne d'Izvarine, contrôlée par les séparatistes. Alors que les camions d'aide attendent le feu vert de Kiev, l'armée russe semble avoir accentué son activité dans la région frontalière, où des journalistes de Reuters ont vu plusieurs dizaines de véhicules de transports de troupes blindés (VTT ou APC, en anglais) en mouvement entre jeudi soir et vendredi matin. Le journal britannique The Guardian a de son côté rapporté vendredi que ses journalistes avaient vu plusieurs de ces VTT russes franchir la frontière ukrainienne. Interrogé sur cette information, un porte-parole de l'armée ukrainienne, qui accuse Moscou de soutenir militairement les rebelles séparatistes, a indiqué que ce genre d'incursions se produisait très fréquemment. "Ces incursions en territoire ukrainien ont lieu presque chaque jour dans le but de provoquer (une réaction de l'armée ukrainienne)", a déclaré Oleksiy Dmitrachkivski. "Celle de la nuit dernière n'a pas fait exception. Des véhicules blindés ont traversé la frontière. Nous essayons de vérifier leur nombre et le nombre de soldats qui sont passés." Kiev et l'Otan soupçonnent la Russie de se préparer à une intervention militaire dans l'est de l'Ukraine et l'accusent d'avoir massé 40.000 hommes dans la région frontalière dans cette perspective. Moscou nie toute intention d'envahir le territoire ukrainien et justifie leur présence par des exercices militaires. (Dmitry Medorsky et Maxim Shemetov; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8925519 le vendredi 15 aout 2014 à 12:22

    Enfin qu'ils n'oublient pas de compter le nombre de personnes à l'entrée du territoire ainsi que leur identité et à la sortie. Je pense qu'ils seront moins nombreux à la sortie. L'aide humanitaire sera probablement aussi une relève des insurgés complètement épuisés par des mois de combats.Dans tous les cas de figure les Ukréniens vont se faire rouler.

  • M8925519 le vendredi 15 aout 2014 à 12:12

    Enfin, qu'ils n'oublient p

  • M8925519 le vendredi 15 aout 2014 à 12:11

    A mon avis faire le siège d'une ville occupée par l'ennemi et leur permettre d'être ravitaillés par une puissance étrangère cela n'a pas de sens ! ! ! Vous me direz qu'il faut faire quelque chose pour les civils...mais c'est très simple, les insurgés n'ont qu'à hisser le drapeau blanc et la situation sera réglée.