L'Ukraine compte sur le "choix sage" des Britanniques

le
2
    PARIS, 21 juin (Reuters) - A deux jours du référendum 
britannique sur l'appartenance à l'Union européenne, François 
Hollande et son homologue ukrainien Petro Porochenko ont lancé 
mardi à Paris un appel pour le maintien du royaume au sein de 
l'Union.  
    Le président ukrainien a appelé de ses voeux un "choix sage" 
et plaidé pour une Europe "forte et unie" à même d'être 
"solidaire" de son pays, en proie à des violences séparatistes.  
    "Nous comptons beaucoup sur le choix sage des Britanniques", 
a-t-il déclaré devant la presse au palais de l'Elysée.  
    "Nous voudrions voir l'Europe forte et unie. Ceci est la 
garantie du succès de l'Union européenne et ceci correspond aux 
aspirations de l'Ukraine", a-t-il expliqué, plaidant pour une 
"Europe solidaire avec l'Ukraine". 
    Si le Royaume-Uni choisit de quitter l'Union, cette dernière 
saura s'en remettre, a aussi estimé Petro Porochenko.  
    "Nous sommes persuadés que les valeurs qui avaient réuni 
l'Union européenne sont inébranlables et qu'à l'avenir, l'Europe 
pourra surmonter ces défis et restera forte et unie", a-t-il 
dit. 
    François Hollande a lancé de son côté un nouvel appel au 
"Bremain", faute de quoi, a-t-il dit, la France en tirera 
"toutes les conséquences".  
    "Le Royaume-Uni est en Europe, le Royaume-Uni fait partie de 
l'Europe, le Royaume-Uni porte les valeurs de l'Europe. Voilà 
pourquoi nous souhaitons que la réponse qui puisse être apportée 
puisse être la plus confiante dans l'avenir de l'Union, avec le 
Royaume-Uni."  
    "Si c'est un autre choix, nous en tirerions toutes les 
conséquences", a-t-il prévenu. 
    Quel que soit le choix des Britanniques jeudi, la France a 
annoncé son intention de faire des propositions pour relancer le 
processus de construction européen.     
 
 (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 6 mois

    Kiev voudrait une Europe forte et unie derrière Washington. Avec les Anglais en moins, le bloc antirusse serait déjà moins nombreux, c'est sûr.

  • delapor4 il y a 6 mois

    C'est de plus en plus un référendum sur l'indépendance du Royaume-Uni par rapport à ses "amis qui lui veulent du bien".