L'Ukraine accuse la Russie d'invasion militaire

le
1
L'Ukraine accuse la Russie d'invasion militaire
L'Ukraine accuse la Russie d'invasion militaire

L'Ukraine a accusé samedi la Russie d'avoir envahi militairement son territoire en déployant 80 soldats, des hélicoptères et des véhicules blindés, dans un village situé juste de l'autre côté de la frontière administrative entre la péninsule de Crimée et l'Ukraine continentale. Ce n'est pas la première position occupée par les forces russes hors de Crimée puisque le barrage de contrôle de Tchongar, contrôlé par des forces russes et des milices pro-russes, se trouve également à environ un kilomètre au nord de la «frontière» administrative entre l'Ukraine et la République autonome de Crimée.

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères affirme que l'armée russe a procédé à une opération héliportée près du village de Strilkove, dans la région de Kherson. Il demande le «retrait immédiat» de ces forces et menace de répondre «par tous les moyens pour stopper l'invasion militaire» russe. Ce déploiement intervient alors que les habitants de la péninsule ukrainienne sont appelés aux urnes dimanche pour déterminer si la République autonome de Crimée doit être ou non rattachée à la Fédération de Russie. Si les accusations de Kiev se confirment, «cela serait une escalade scandaleuse», a réagi l'ambassadrice américaine à l'ONU Samantha Power.

Des militants pro-russes ont attaqué samedi le siège des services spéciaux de Donetsk, bastion russophone de l'est de l'Ukraine, exigeant la remise en liberté de leur «gouverneur» autoproclamé et revendiquant le droit de voter, comme c'est le cas en Crimée, pour le rattachement de la région à la Russie. Provocation ou annonce de l'extension de la crise, le Kremlin dit recevoir de «nombreux appels à l'aide» d'habitants d'Ukraine. Moscou «va les examiner», a fait savoir samedi après-midi le ministère russe des Affaires étrangères.

VIDEO. A Donetsk, des pro-russes réclament un référendum

Hollande : «La France comme l'UE ne reconnaîtra pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.marti4 le samedi 15 mar 2014 à 18:54

    Ouais... à mon avis les russes ne veulent pas que les élections en Crimée soient déstabilisées par une descente des ukrainiens.