L'UFC-Que Choisir attaque Orange et SFR sur la 4G

le
0
L'UFC-QUE CHOISIR ATTAQUE ORANGE ET SFR SUR LEURS OFFRES 4G
L'UFC-QUE CHOISIR ATTAQUE ORANGE ET SFR SUR LEURS OFFRES 4G

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - L'association de protection des consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé mardi avoir engagé des poursuites à l'encontre des opérateurs Orange et SFR pour pratiques commerciales trompeuses concernant leurs offres "4G".

Elle a déposé un recours devant le tribunal de grande instance de Paris, dénonçant un "fossé" entre le réalité et les promesses des opérateurs qui se livrent, selon elle, à une véritable "débauche" publicitaire.

Les deux opérateurs télécoms ainsi que leur concurrent Bouygues Telecom sont engagés depuis plusieurs mois dans une course de vitesse pour déployer leur réseau de très haut débit mobile donnant accès à des débits comparables à ceux du téléphone fixe.

Ils ont multiplié les effets d'annonce à grands renforts d'offres promotionnelles et de comparatifs de couverture pour séduire les consommateurs et les convaincre de souscrire à des offres haut de gamme, espérant ainsi enrayer la baisse de leurs marges et damer le pion à Free mobile (Iliad) qui n'a pas encore lancé d'offre 4G.

Or l'UFC-Que Choisir les accuse de communication trompeuse, sur la base d'une enquête menée début octobre.

"L'étude fait apparaître un décalage entre bon nombre de promesses faites par les opérateurs et les réelles conditions techniques auxquelles les consommateurs peuvent avoir accès à la 4G", explique l'association dans son étude, la première du genre conduite en France selon elle.

Les principaux griefs de l'UFC portent sur les promesses de couverture géographique avancées par les opérateurs ainsi que sur les débits théoriques annoncés.

L'association a ainsi fait pratiquer plus de 66.000 mesures à Paris - souvent utilisé comme vitrine - qui font apparaître selon elle une couverture nettement plus parcellaire que celle promise par les deux principaux opérateurs français.

BOUYGUES TELECOM, LE BON ÉLÈVE

Pour les clients de l'opérateur historique Orange, le taux d'accessibilité effective à la 4G est de 79,3% selon les calculs effectués par le prestataire engagé par l'association, alors que l'opérateur avait déclaré début septembre couvrir l'ensemble des arrondissements de la capitale.

Dans le cas de SFR, ce taux est encore inférieur et s'établit à 74,6%, précise l'UFC, selon laquelle Bouygues Telecom est le seul bon élève avec une accessibilité proche de 100%.

Interrogé par Reuters, SFR s'est dit surpris par les conclusions de l'étude, précisant avoir annoncé fin août qu'il prévoyait d'assurer une couverture complète de la capitale seulement d'ici la fin de l'année.

Orange a également fait part de son étonnement et précisé qu'il souhaitait prendre connaissance de l'étude en détail avant de faire de plus amples commentaires.

L'UFC-Que Choisir reproche par ailleurs aux opérateurs de promettre des débits qui ne seront en réalité accessibles que sur une partie seulement du territoire, en particulier dans les grandes villes, du fait des bandes de fréquence dont ils disposent.

Elle estime également que les sociétés du secteur entretiennent la confusion autour de la notion de très haut débit mobile en y intégrant parfois la simple 3G améliorée, présentée sous différentes appellations par les opérateurs.

L'association interpelle par ailleurs le régulateur du secteur, l'Arcep, à qui elle demande notamment de mettre en place un observatoire de la 4G.

Une rencontre est prévue dans les prochains jours entre l'association et le gendarme des télécoms, a précisé Alain Bazot, président d'UFC, lors d'une conférence téléphonique.

L'Arcep comme Bouygues Telecom n'ont pas souhaité faire de commentaires dans l'immédiat.

Edité par Pascale Denis

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant