L'UEFA soutient la candidature d'Infantino à la tête de la Fifa

le , mis à jour à 19:38
0

(Actualisé avec précisions, réactions § 3-4-5-8-9-13) par Joshua Franklin ZURICH, 26 octobre (Reuters) - Le secrétaire général de l'UEFA, le Suisse Gianni Infantino, a accepté d'être candidat à la présidence de la Fifa, a fait savoir lundi la Confédération européenne de football, en précisant qu'il avait son plein soutien dans sa démarche. Cette annonce a été faite au dernier jour de dépôt des candidatures à cette élection qui aura lieu le 26 février à Zurich. La candidature d'Infantino garantit à l'UEFA d'être présente à ce scrutin. Suspendu pour 90 jours, Michel Platini, président de l'UEFA, ne pouvait en effet déposer officiellement sa candidature dans les délais impartis. S'il obtient cependant en appel l'annulation de sa suspension, le Français pourrait briguer la succession de Sepp Blatter. Le 8 octobre dernier, l'ancien international français de même que le président démissionnaire de la Fifa ont tous deux été suspendus de toute activité liée au football pour une durée minimale de 90 jours par la commission d'éthique de la Fifa. (voir ID:nL8N12821A ) La décision a été prise à la suite de l'ouverture par la justice suisse d'une procédure pénale contre Blatter liée en partie au versement en 2011 de deux millions de francs suisses (1,8 million d'euros) à Platini pour une mission réalisée entre 1998 et 2002. (voir ID:nL8N12J1BX ) Cette affaire constitue le dernier rebondissement en date du plus grand scandale ayant frappé la Fifa en 111 ans d'histoire, les Etats-Unis ayant inculpé en mai plusieurs de ses responsables pour pots-de-vin et blanchiment d'argent. Les autorités helvétiques enquêtent parallèlement sur la décision d'attribuer les Coupes du monde 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar. "Nous sommes ravis que Gianni se présente, et il sait qu'il a notre plein soutien dans sa campagne pour devenir président de la Fifa", a déclaré l'UEFA dans un communiqué, précisant que le Suisse a reçu le soutien unanime du comité exécutif. FAIR-PLAY FINANCIER Secrétaire général de l'UEFA depuis 2009, juriste polyglotte, Gianni Infantino a notamment supervisé l'introduction du Fair-play financier dans le football européen, une règle financière censée limiter les dépenses excessives des clubs. Dans un communiqué, il dit accueillir avec "humilité et honneur" le soutien de l'UEFA et promet, en cas d'élection, de servir les intérêts de la totalité des 209 fédérations nationales composant la Fifa et de placer le développement de ce sport au sommet de son action. Le président de la Confédération asiatique de football (AFC), le cheikh bahreïni Salman Bin Ebrahim al Khalifa, a lui aussi fait acte de candidature ce lundi. Un autre candidat, le Sud-Coréen Chung Mong-joon, a en revanche annoncé qu'il jetait l'éponge. Samedi, le Sud-Africain Tokyo Sexwale, homme d'affaires et ancien prisonnier politique du temps de l'apartheid, s'était lui aussi lancé dans la course. Ont également déposé leurs candidatures David Nakhid, ancien capitaine de la sélection nationale de Trinité-et-Tobago, et le Français Jérôme Champagne, ex-secrétaire général adjoint de la Fifa, tout comme le Jordanien Ali Bin Al Hussein. Voici une dizaine de jours, l'UEFA avait apporté son "soutien total" à la candidature de son président, Michel Platini malgré sa suspension. Mais une source au sein de l'UEFA avait précisé qu'il y avait d'autres options. "Nous avons accepté de soutenir Platini et la déclaration diffusée par l'UEFA. Mais nous déciderons la semaine prochaine de l'opportunité de soutenir un candidat européen à cette élection", ajoutait cette source. (voir ID:nL8N12F51E ) (Eric Faye et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant